Vaudou et l'histoire du gendarme noir de Charleston

Vaudou 4

L’une des religions les plus exotiques, mystérieuses et peu comprises est celle de ce que l’on appelle le vaudou dans son Haïti natal, également appelé vaudou par le courant dominant.

Le vaudou sous une forme ou une autre peut être trouvé dans une large bande des Caraïbes et de ses environs, y compris des régions du sud des États-Unis telles que la Nouvelle-Orléans, et ses traditions et son histoire sont profondes. Peut-être qu’aucune autre religion ou système de croyance n’a attiré autant d’attention et de malentendus, et le vaudou reste imprégné d’images fantasmagoriques et de terreur, bien que ce ne soit pas toujours justifié. Ici, nous allons regarder l’histoire d’un puissant pratiquant vaudou qui a tenu la région en proie à la peur, était presque inégalé en prouesses magiques, et qui semble être resté dans les parages même après sa mort.

Bien qu’il ait des racines qui remontent à il y a longtemps, peut-être jusqu’à 6000 ans en Afrique, le vaudou dans la nation haïtienne telle qu’elle existe aujourd’hui trouve son origine dans l’histoire de la traite des esclaves de la région. Les esclaves ont été amenés de la côte occidentale de l’Afrique en Haïti par les colonialistes espagnols et français d’origine, et la plupart de ces esclaves provenaient d’un méli-mélo de différentes ethnies et cultures, formant un mélange de croyances, de traditions et de religions. Ces diverses traditions se sont progressivement mélangées aux ravisseurs et missionnaires catholiques romains à prédominance chrétienne tout au long du XVIe au XIXe siècle pour créer un hybride de croyances africaines et de celles des colonialistes chrétiens, certains éléments chrétiens tels qu’un créateur tout-puissant et des saints fusionnant avec des et les idées païennes telles que les dieux, les fantômes et les esprits appeléslwa . En effet, toute la notion de «magie vaudou» tourne autour du culte et de la dévotion à ces entités, ainsi que de la canalisation de leurs énergies.

Alors que beaucoup peuvent penser que le vaudou est confiné à Haïti et à la Nouvelle-Orléans, il existe des variantes dans le monde entier, y compris en Afrique de l’Ouest, au Brésil et en République dominicaine, entre autres. L’état de Caroline du Sud est un endroit que beaucoup n’imaginent peut-être pas être un point chaud pour l’activité vaudou, mais à la fin des années 1800, il était très vivant dans la ville de Charleston, qui était tout aussi imprégnée de traditions vaudou que d’autres. des endroits bien connus comme la Nouvelle-Orléans. Ici à Charleston, les prêtres vaudous et les sorciers régnaient en maître, leurs pouvoirs redoutés et souvent ceux qui dirigeaient vraiment les choses dans les coulisses. Les politiciens et la police se sont tournés vers eux pour obtenir de l’aide, et la plupart du temps, rien ne s’est passé sans leur approbation. Être un chaman vaudou ou un bokor, à Charleston à l’époque, il fallait craindre et respecter, et le plus redouté et respecté de tous était un homme du nom de John Domingo, également connu sous le nom de «Black Constable».

La légende et les contes de Domingo sont si vastes et sauvages qu’il est souvent difficile de démêler les faits de la fiction, mais il était certainement une personne réelle qui a vraiment existé. Un homme énorme avec une apparence quelque peu échevelée et qui portait souvent un manteau de l’Union, il ressemblait presque à un vagabond mais avait une présence et un charisme indéniables et puissants en lui. Il était le genre d’homme qui pouvait calmer une pièce avec un signe de tête ou même un regard, et en regardant les pouvoirs qu’on lui disait avoir, il n’est pas difficile de comprendre pourquoi. Par exemple, on disait qu’il avait le pouvoir de commander le temps, en particulier les vents, au point que les marchands et les marins venaient souvent lui demander un passage sûr. S’il était mécontent, Domingo provoquerait de grandes tempêtes pour envoyer les marins à leur mort. Il était également bien connu pour sa capacité à distribuer des malédictions, ou inversement les sorts d’amour, ainsi que les sorts pour apporter la richesse ou ceux pour la longue vie, le tout qu’il dispenserait à ses propres fins ou à un prix pour les autres. Domingo était également un guérisseur, censé être capable de guérir n’importe quelle maladie ou de réparer n’importe quel handicap. Encore plus impressionnant était sa prétendue capacité à ressusciter les morts, et on disait qu’il avait une armée de morts-vivants.zombies à sa disposition. En effet, la plupart des travailleurs de son domicile étaient considérés comme des zombies, et l’une des choses les plus redoutées à son sujet était la menace qu’il puisse transformer n’importe qui en zombie, une peur très grave à l’époque qui inspirait la terreur.

John Domingo

Il y avait également de nombreuses autres rumeurs à son sujet. On pensait qu’il était un prince africain une fois vendu en esclavage sous le nom de haut Jean de Conquer, qui avait utilisé sa magie pour tromper les dieux et assurer son évasion, et son pouvoir provenait d’un air mystérieux, serpent- bague en argent en forme qu’il portait à tout moment, prétendait avoir été forgée sur les rives du fleuve Congo et imprégnée du pouvoir d’évoquer directement le lwa. Domingo n’a rien fait du tout pour décourager les rumeurs et les histoires à son sujet, en fait il les a activement promues et, en 1880, il était légendaire et grandement craint dans la région et au-delà. Même la police et les autres sorciers étaient terrifiés par lui, et son influence était vraiment sans égal à l’époque. La simple menace qu’il pourrait maudire quelqu’un ou utiliser sa nécromancie sur eux était suffisante pour que les gens se prosternent devant lui, et en effet son surnom «The Black Constable» vient du fait qu’il était la loi ultime à Charleston. Cependant, rien ne dure éternellement.

Un jour, on dit que Domingo a utilisé ses pouvoirs pour arrêter deux voleurs, après quoi il aurait soulevé chaque homme d’une main pour montrer à quiconque l’observait à quel point il était puissant. S’il avait mis fin aux choses là, cela n’aurait été qu’une démonstration de plus de sa puissance magique, mais son orgueil ultérieur serait finalement sa chute. Selon le conte, alors que Domingo brandissait les voleurs qui se tortillaient pour que la foule de spectateurs émerveillés les voit, il a proclamé qu’il était encore plus puissant que le lwa ou même Jésus, qui a obtenu une réponse surnaturelle très en colère. Domingo aurait été attrapé et étranglé par des mains invisibles, qui l’ont ensuite soulevé dans les airs pour le jeter au sol, après quoi il s’est desséché en une enveloppe émaciée, puis en poussière, à la grande horreur des gens rassemblés autour.

Dans les années qui ont suivi cette mort apparente, il semble que le gendarme noir n’ait pas encore fini. Il était souvent rapporté errant la nuit dans l’ombre, soit un fantôme, soit ressuscité grâce à ses sombres pouvoirs de nécromancie. Il continuerait à hanter Charleston de cette manière jusqu’à ce que sa maison soit finalement démolie, après quoi il a disparu, laissant derrière lui toute une histoire. Nous devons nous demander qui était John Domingo, le gendarme noir? Était-il vraiment capable de faire les choses qui étaient revendiquées, et où finit la fantaisie et où commence la réalité? Quoi qu’il en soit, il est certainement mentionné avec les grandes figures historiques du vaudou et aura toujours une place de choix dans la tradition vaudou et les légendes de Charleston.

Article traduit par Damien pour preuves du paranormal

Source : MYSTERIOUSUNIVERSE