Les momies macabres du Catacombe dei Cappuccini

Momie 1

 

Descendez dans la catacombe capucine de Palerme, où les murs sont tapissés de cadavres momifiés et où la « Belle au bois dormant » repose paisiblement dans son cercueil en verre.

LES catacombes capucines (ou Catacombe dei Cappuccini en italien) est un lieu de sépulture mondialement connu pour les corps momifiés qui est devenu un lieu touristique horrible mais populaire à Palerme, en Sicile, dans le sud de l’Italie. Les visiteurs peuvent descendre dans les grandes catacombes souterraines du monastère, au fond des rues animées de la ville au-dessus pour marcher parmi les morts.

 

Dans les catacombes, les cadavres pendent aux murs, ils sont empilés sur des étagères et scellés dans des vitrines, tous sont entièrement habillés, certains portant toujours leurs robes traditionnelles. Ensemble, ils font un spectacle macabre; et un rappel brutal de la frontière fine entre la vie et la mort.

Ayant dépassé le cimetière d’origine dans la seconde moitié du XVIe siècle, les moines capucins ont commencé à fouiller les cryptes sous le monastère. Vers la même époque, en 1599, ils ont commencé le processus de momification de leur frère frère Silvestro de Gubbio. Profitant de l’atmosphère particulièrement sèche des catacombes, ils ont placé son corps sur une grille de tuyaux en céramique, le laissant se déshydrater naturellement avant d’être lavé dans du vinaigre pour terminer l’embaumement. Un an plus tard, Silvestro of Gubbio était vêtu de ses robes traditionnelles et l’a suspendu au mur de la crypte où il se trouve encore aujourd’hui.

Belle au bois dormant: les cadavres momifiés macabres du Catacombe dei Cappuccini

[Crédit d’image: Giuseppe Incorpora (1834-1914) ]

Belle au bois dormant: les cadavres momifiés macabres du Catacombe dei Cappuccini

[Crédit d’image: Giuseppe Incorpora (1834-1914) ]

Belle au bois dormant: les cadavres momifiés macabres du Catacombe dei Cappuccini

[Crédit d’image: Giuseppe Incorpora (1834-1914) ]

C’est ainsi qu’a commencé un héritage qui, au fil du temps, verrait les catacombes souterraines bordées de 8000 cadavres et 1252 momies. Aujourd’hui, les visiteurs de la Catacombe dei Cappuccini peuvent se promener dans les couloirs et les salles faiblement éclairés qui sont divisés en personnages religieux, vierges, enfants et personnes riches qui ont acheté leur place sur les murs. Destiné à l’origine aux personnalités religieuses affiliées au monastère, il est devenu un symbole de statut pour rejoindre les rangs des morts internés au sein des catacombes.

Les particuliers et les professionnels fortunés ont commencé à demander dans leur testament d’être préservés dans leurs plus beaux atours et d’être suspendus aux murs, posés dans des poses ou placés dans des cercueils qui seraient accessibles à leurs familles afin que certains jours, ils puissent à nouveau se tenir la main. avec leurs proches dans la prière. Cependant, si les familles du défunt cessaient de contribuer financièrement, les corps seraient mis de côté jusqu’à la reprise des paiements. Et à mesure que la demande augmentait, l’influence du monastère et les coffres augmentaient.

Le dernier frère à être enterré dans la catacombe était le frère Riccardo en 1871, et le site a été officiellement fermé en 1880, bien que les enterrements se soient poursuivis au début des années 1900. L’une des dernières était celle de Rosalia Lombardo, 2 ans, décédée d’une pneumonie le 6 décembre 1920. Son corps incroyablement persévérant et le cercueil en verre dans lequel repose son corps, sont devenus les catacombes l’attraction phare des touristes curieux qui affluent chaque année pour voir la «Belle au bois dormant».

Belle au bois dormant: les cadavres momifiés macabres du Catacombe dei Cappuccini

[Crédit d’image: Wikipedia ] Rosalia Lombardo, prise en 1982.

Dévasté par la perte de son enfant, le père de Rosalia a retrouvé Alfredo Salafia, un professeur de chimie sicilien renommé et un embaumeur talentueux. Les efforts de Salafia ont si bien réussi que Rosalia a gardé un teint chaud et rose, lui donnant l’apparence d’être simplement endormie et de gagner à temps le surnom durable de la «Belle au bois dormant».

Considérée comme l’une des momies les mieux conservées au monde, Salafia est décédée avant de révéler ses méthodes et le savoir était à jamais perdu. C’était jusqu’à ce que l’anthropologue et conservateur des catacombes, Dario Piombino-Mascali découvre les notes manuscrites de Salafia révélant ses secrets. Les produits chimiques utilisés étaient une partie de glycérine, une partie de formol saturée à la fois de sulfate et de chlorure de zinc et une partie d’une solution d’alcool saturée d’acide salicylique pour donner la rigidité corporelle.

Et tandis qu’un mystère de la «Belle au bois dormant» était résolu, un autre a commencé lorsque les journaux italiens ont commencé à signaler que les yeux de Rosalia s’ouvraient et se fermaient parfois. Enregistré en photos et vidéos en time-lapse, le phénomène fait l’objet de diverses spéculations depuis quelques années. Alors que le conservateur du musée a affirmé à plusieurs reprises que «c’est une illusion d’optique produite par la lumière qui filtre à travers les fenêtres latérales, qui pendant la journée est susceptible de changer», certains visiteurs ne sont pas convaincus. Quoi qu’il en soit, le corps de la petite Rosalia Lombardo et les momies des catacombes capucines continuent de capturer l’imagination des gens à travers le monde et sont une destination incontournable, bien que macabre, pour tout touriste en pierre tombale.

Article traduit par Damien pour preuves du paranormal

Source : OCCULTMUSEUM