Le Poltergeist de Rosenheim!

Polter 2

 

Un type de hantise très persistant dans le monde du paranormal est celui du poltergeist. Venant du mot allemand pour «fantôme bruyant» ou «esprit bruyant», il implique généralement une grande variété d’activités paranormales espiègles qui peuvent aller de l’énervant au vraiment terrifiant. Ils sont surtout connus du film à succès du même nom, mais ne vous y trompez pas, de vrais cas de poltergeist ont été enregistrés depuis très longtemps. Un récit plutôt bien documenté d’une hantise poltergeist nous vient de la région de Bavière, en Allemagne, et il a servi à susciter la spéculation et le débat jusqu’à ce jour.

 

À l’automne 1967, les cabinets d’avocats de l’avocat Sigmund Adam, situés dans la ville bavaroise de Rosenheim, ont commencé à vivre des phénomènes assez étranges. Cela a commencé assez innocemment. Les lumières s’éteignaient d’elles-mêmes ou se trouvaient en train de se balancer sans raison apparente, le matériel de bureau s’allumait ou s’éteignait tout seul, les articles seraient trouvés égarés et les objets se renverseraient ou fuiraient d’eux-mêmes. Dans un cabinet d’avocats occupé, cela a probablement été généralement ignoré ou radié comme étant ces moments «qui étaient étranges» que nous avons tous de temps en temps, mais le phénomène irait bientôt au-delà de l’ignorable car il augmentait régulièrement en intensité. Les lumières seraient trouvées avec les ampoules manquantes, les meubles lourds seraient déplacés, les tiroirs du bureau s’ouvriraient et se fermeraient soudainement d’eux-mêmes, et il y aurait des bruits de claquement provenant des murs qui ne pourraient pas être expliqués. À plusieurs reprises, des ampoules ont soudainement explosé, un incident particulièrement déchirant étant le moment où toutes les ampoules du bureau ont explosé spontanément en même temps, puis il y a eu la bizarrerie avec les téléphones.

À de nombreuses occasions, plusieurs téléphones de bureau sonnaient simultanément, pour constater que personne n’était à l’autre bout de la ligne, et il y aurait des moments où les appels seraient soudainement interrompus au milieu de conversations importantes, comme si quelqu’un avait raccrocha le téléphone. De plus, la facture de téléphone comportait également une facture pour un grand nombre d’appels sortants vers un service d’horloge parlante qui coûtait une somme d’argent considérable, mais tous ceux qui y travaillaient ont insisté sur le fait qu’ils n’avaient jamais fait de tels appels. Adam soupçonnait que tout cela était une farce tordue, et la compagnie de téléphone avait donc désactivé les lignes pour que lui seul ait la clé pour les déverrouiller, mais les appels se poursuivaient, et il y avait parfois jusqu’à 6 appels par minute à l’heure. service, non seulement inexplicable, mais aussi apparemment presque impossible puisque c’était l’époque des téléphones à numérotation mécanique, cela aurait été un exploit à retirer manuellement, d’autant plus qu’il s’agissait d’un numéro de Munich à 9 chiffres. La compagnie de téléphone n’a rien trouvé de mal avec l’équipement ou les téléphones, et aucun problème n’a été trouvé, et même quand Adam a fait remplacer physiquement tous les téléphones du bureau, le phénomène s’est poursuivi sans relâche.

Les choses étaient tout aussi bizarres avec le matériel de bureau constamment défectueux et d’autres perturbations électriques. Les électriciens appelés n’ont trouvé aucun problème avec le câblage, bien qu’ils aient trouvé des preuves de fortes surtensions qu’ils ne pouvaient pas expliquer et qui n’avaient affecté aucun autre bâtiment à proximité, mais n’avaient néanmoins pas fait sauter de circuits ou de fusibles pour expliquer les anomalies. . Au fur et à mesure que le phénomène continuait, dans la frustration, Adam a même essayé de couper toute l’alimentation et de travailler sur les générateurs, mais cela n’a pas aidé et n’a rien changé. Alors que cette étrangeté se poursuivait, tout cela a attiré l’attention du parapsychologue allemand et chef de l’Institut de recherche paranormale, Hans Bender, qui arrivait sur les lieux pour faire sa propre enquête.

Bender a rapidement mis en place un équipement de surveillance pour les systèmes électriques, ainsi que des caméras, et a rapidement été lui-même témoin d’une grande partie de l’activité étrange revendiquée. Il affirmerait avoir été témoin de l’allumage et de l’extinction des lumières, ainsi que d’incidents plus spectaculaires tels qu’un grand classeur se déplaçant sur le sol et des images encadrées tournant sur leurs crochets. Il prétendait en avoir capturé une partie sur pellicule, et son équipement de surveillance aurait mesuré des surtensions considérables chaque fois que ce phénomène paranormal se produisait. Bender a également affirmé qu’il avait fait venir deux physiciens de l’Institut Max Planck des noms de Friedbert Karger et Gerhard Zicha pour enquêter, et qu’ils avaient trouvé des preuves d’une «forme d’énergie inconnue au travail», bien que cela n’ait pas été précisé. exactement ce que cela est censé être.

Au fur et à mesure de son enquête, Bender a également constaté que le phénomène ne commençait et ne s’arrêtait qu’à certaines heures de la journée, à savoir pendant les heures normales de travail. Personne dans le bâtiment après la fermeture du bureau pour la soirée n’a jamais été témoin de quelque chose d’étrange, et cela ne semblait pas non plus se produire le week-end. C’était un détail curieux, car cela faisait suspecter Bender que l’activité pouvait être concentrée sur une personne plutôt que sur le lieu, une idée qui a gagné du terrain quand il a remarqué qu’un employé semblait avoir des choses étranges quand elle était là. Il semble qu’une secrétaire de 19 ans du nom d’Annemarie Schneider, qui, qui n’avait commencé à y travailler que très récemment, avait toujours été présente lors des incidents étranges, et Bender lui-même a été témoin de lumières scintillantes ou oscillantes quand elle marchait. dans les chambres. Après avoir interrogé la jeune femme et découvert son traumatisme personnel et ses problèmes liés à un mariage rompu et son profond mécontentement à l’égard de son travail, Bender est devenue convaincue qu’elle présentait un phénomène connu sous le nom de «psychokinésie spontanée récurrente» ou RSPK, au cours de laquelle un la personne manifestera sans le savoir son stress en éclats extérieurs de psychokinèse subconsciente, qui est la capacité de déplacer des objets avec son esprit. C’était un soupçon qui était étayé par le détail curieux que quand elle est sortie de la ville pendant quelques jours, le phénomène s’est arrêté, pour recommencer à son retour, et toute l’activité paranormale dans le bureau semble avoir cessé. définitivement quand Schneider a finalement quitté son travail misérable en janvier 1968.

L’idée que cette femme pourrait être la cause des phénomènes poltergeist observés au bureau n’est pas nouvelle. Des cas comme celui-ci seraient souvent trouvés en orbite autour d’un individu ou d’individus dans un endroit, généralement des adolescents en difficulté ou quelqu’un qui a une sorte de stress profond ou de troubles intérieurs. L’idée est que ce stress ou cette frustration refoulés peuvent déclencher une capacité psychocinétique latente et se projeter vers l’extérieur pour affecter le monde matériel, généralement la personne responsable ignorant totalement qu’elle le fait. Cette hypothèse est si ancrée dans la tradition poltergeist qu’un bon nombre d’enquêteurs paranormaux pensent que la plupart, sinon la totalité, des cas poltergeist peuvent être expliqués par cette «psychokinèse spontanée récurrente», de sorte que la présomption de Bender n’était pas particulièrement dingue ou marginale par rapport aux normes paranormales. cependant

Annemarie Schneider

Il y a eu beaucoup d’arguments sceptiques et de nombreux trous dans le cas de ce qui est maintenant connu sous le nom de «Rosenheim Poltergeist». D’une part, il y a en fait très peu de preuves concrètes fournies par Bender, et bien que des séquences vidéo aient été prises de certaines choses étranges, aucun des phénomènes revendiqués les plus spectaculaires n’a été enregistré, ce qui rend tout cela très circonstanciel et rien qui ne pourrait pas l’être. canular par des fils cachés ou une autre supercherie, pas nécessairement par Bender, mais aussi peut-être par Schneider pour attirer l’attention ou éliminer son mécontentement avec son travail, ou même par l’avocat Adam lui-même pour faire de la publicité pour son entreprise. Il y a aussi le fait que Bender a été accusé d’être marié avec tant de zèle à l’idée de phénomènes paranormaux au travail qu’il a ignoré d’autres possibilités mondaines et embrassé les plus anormales, ne pas examiner vigoureusement les preuves et même tout exagérer dans le processus, le tout aboutissant à une enquête qui est, selon le journaliste et sceptique néerlandais Piet Hein Hoebens, «incompatible avec une enquête scientifique». Il y a même eu des accusations selon lesquelles Bender aurait offert des preuves frauduleuses telles que les relevés de compteurs de l’activité électrique et les témoignages de témoins afin d’écrire un livre sur tout cela. Bien sûr, cela pourrait se résumer à une combinaison de tous ces facteurs, le physicien John Taylor qualifiant le cas de Rosenheim Poltergeist de «mélange d’attente, d’hallucination et de supercherie». « Incompatible avec la recherche scientifique. » Il y a même eu des accusations selon lesquelles Bender aurait offert des preuves frauduleuses telles que les relevés de compteurs de l’activité électrique et les témoignages de témoins afin d’écrire un livre sur tout cela. Bien sûr, cela pourrait se résumer à une combinaison de tous ces facteurs, le physicien John Taylor qualifiant le cas de Rosenheim Poltergeist de «mélange d’attente, d’hallucination et de supercherie». « Incompatible avec la recherche scientifique. » Il y a même eu des accusations selon lesquelles Bender aurait offert des preuves frauduleuses telles que les relevés de compteurs de l’activité électrique et les témoignages de témoins afin d’écrire un livre sur tout cela. Bien sûr, cela pourrait se résumer à une combinaison de tous ces facteurs, le physicien John Taylor qualifiant le cas de Rosenheim Poltergeist de «mélange d’attente, d’hallucination et de supercherie».

 

Malgré tous ces arguments sceptiques, il n’y a jamais eu aucune preuve que Bender ait exagéré ou simulé quoi que ce soit, et en effet certains de ses rapports sont étayés par d’autres témoins et même par la police. Schneider n’a jamais non plus été surpris en train de simuler quoi que ce soit, et rien du tout ne montre que quiconque a définitivement commis un canular de quelque nature que ce soit. Pour cette raison, et du fait qu’il s’agit d’un cas ancien sans autre information, il a été confiné à la discussion et au débat, sans fin en vue et sans moyen de savoir quoi penser vraiment. Il ne nous reste plus qu’à demander ce qui se passait ici? Ces fantômes, cette énergie psychique étaient-ils projetés par un individu, ou simplement un canular ou une farce? Nous ne connaîtrons probablement jamais vraiment la réponse à ces questions.

Article traduit par Damien pour preuves du paranormal

Source : MYSTERIOUSUNIVERSEE