La souffrance divine : 7 personnes ayant des stigmates!

Stig

 

Mystère médical ou miracle? Les sceptiques et les croyants tentent depuis longtemps de comprendre comment et pourquoi ces cas intenses de saignement spontané se produisent.

 

Pour les chrétiens et les catholiques romains, les «stigmates» font référence à des blessures mystérieuses comme celles subies par Jésus-Christ. Il vient du mot grec pour marque ou marque et de la lettre de Saint Paul aux Galates, où il écrit que «je porte sur mon corps les marques de Jésus». Les personnes qui souffrent de telles blessures aux mains, au poignet, aux pieds, au front et ailleurs sont appelées stigmatistes ou stigmatistes. Le premier stigmate enregistré a été saint François d’Assis, mais, au fil du temps, beaucoup d’autres ont manifesté cette souffrance divine. Alors que les initiés considèrent ces blessures comme sacrées, les étrangers voient souvent leur comportement comme de l’hystérie.

Selon votre foi ou son absence, chacun des cas suivants attestera du pouvoir de la croyance religieuse – pour le meilleur ou pour le pire.

1. Sainte Gemma Galgani

La souffrance divine: 7 personnes qui prétendaient avoir les stigmates
[Image via stgemmagalgani.com ]

Maria Gemma Umberta Pia Galgani était une mystique catholique catholique italienne née à Camigliano, en Italie. Elle a reçu les premières blessures du Christ à l’âge de 21 ans. Le 8 juin 1899, à la veille de la fête du Sacré-Cœur, Galgani a juré de souffrir en expiation. Elle a ensuite connu un ravissement et a vu son ange gardien aux côtés de la Vierge Marie. Des blessures douloureuses se sont ouvertes sur ses mains, ses pieds et sa poitrine, et elle a eu des marques de fouet sur le dos et une couronne d’épines sur la tête.

Pour le reste de sa vie, du sang coulerait régulièrement des stigmates de Galgani du jeudi soir au vendredi après-midi. En même temps, elle connaîtrait des visions de Jésus-Christ, des saints et des anges. Finalement, un directeur spirituel l’a aidée à enregistrer son autobiographie, bien que Galgani n’ait jamais pu réaliser son rêve de devenir religieuse. La tuberculose a pris sa vie en 1903 et elle a été canonisée par l’Église catholique romaine en 1940. Sainte Gemma Galgani est la patronne des étudiants et est à ce jour particulièrement populaire en Italie et en Amérique latine.

2. St. Padre Pio de Pietrelcina

La souffrance divine: 7 personnes qui prétendaient avoir les stigmates
[Image via wikipedia.org ]

Padre Pio était un moine de l’Ordre des Frères Mineurs Capucins et l’un des stigmatistes les plus célèbres du monde. Pio est né sous le nom de Francesco Forgione en 1887 dans une petite ville agricole du sud de l’Italie. À l’âge de cinq ans, il avait consacré l’œuvre de sa vie à Dieu et est rapidement devenu noviciat au couvent de Morcone en 1903. Peu de temps après, il a reçu ses premières visions et stigmates. Pio a pris son habit franciscain en 1907 et a été ordonné prêtre en 1910. À ce moment-là, il a déménagé à Notre-Dame de Grace Friary dans les montagnes du Gargano à San Giovanni Rotondo.

Huit ans plus tard, il a connu les stigmates pendant la confession. Il avait la vision d’un être céleste qui lui transperçait le côté et l’unissait à l’amour de Dieu. Les blessures ont duré cinquante ans, avec du sang qui sentait les fleurs – ou l’odeur de la sainteté. Pio pouvait guérir, prophétiser, léviter, parler en langues, lire des cœurs, bilocaliser ou exister simultanément à deux endroits et accomplir d’autres miracles. En 1968, Pio est mort au milieu de rumeurs selon lesquelles son corps avait été vidé de sang. En 2002, le pape Jean-Paul II l’a déclaré saint et, en 2008, son corps a été exhumé et retrouvé incorruptible avant d’être placé dans l’église de Saint Pio à côté de San Giovanni Rotondo.

3. Alexandrina Maria da Costa

La souffrance divine: 7 personnes qui prétendaient avoir les stigmates
[Image via mysticsofthechurch.com ]

Alexandrina Maria da Costa était une âme mystique et «victime» née en 1904 dans la paroisse rurale de Balasar, au Portugal. Elle était paralysée à 14 ans lorsqu’elle a sauté de la fenêtre de sa chambre pour échapper à une agression sexuelle. À l’âge de 19 ans, elle était complètement paralysée et incapable de quitter son lit. En 1938, da Costa a commencé à recevoir des visites du Christ le vendredi de chaque semaine. Pendant ces périodes, elle a souvent connu des stigmates cachés et a souffert de la crucifixion du Christ.

Pourtant, da Costa avait également des croyances uniques sur ses expériences des stigmates. En particulier, elle croyait que le Christ lui donnait une transfusion sanguine régulière à travers un tube d’amour et que le diable la tourmentait avec des visions sexuelles. Après sa mort en 1955, le clerc enquêtant sur sa canonisation a admis qu’elle avait eu des problèmes psychologiques. Pourtant, sa foi a conduit à sa béatification en 2004, et ses œuvres écrites ont donné naissance à la Société Alexandrina, qui s’est engagée à diffuser ses enseignements.

4. Marie Rose Ferron

La souffrance divine: 7 personnes qui prétendaient avoir les stigmates
[Image via mysticsofthechurch.com ]

Ferron était le dixième enfant d’une famille dévotement catholique de Saint-Germain-de-Grantham, au Québec. Trois ans après sa naissance, ils ont déménagé à Fall River, dans le Massachusetts en 1906, où «Little Rose» a fait l’expérience des premières visions du Christ sur la croix lorsqu’elle avait 6 ans. À treize ans, Ferron avait été frappé de mystérieuses contractions musculaires qui nécessitaient l’utilisation régulière de béquilles. Après quelques années, ses pieds tordus ne permettaient pas de quitter son lit. En 1925, la famille Ferron a déménagé à Woonsocket, Rhode Island. Là, Marie Rose a connu les stigmates en 1926.

Au carême de l’année suivante, ses blessures apparaissaient régulièrement le vendredi de chaque semaine. Ceux-ci comprenaient des marques de fouet sur ses bras et les «cinq blessures saintes» standard sur ses mains, ses pieds, ses côtés, sa poitrine et sa tête. Ferron a également connu des crises extatiques, une luxation spontanée du bras et des saignements des yeux et de la bouche. De 22 ans à sa mort en 1936, elle a suivi un régime de liquides et de la Sainte Eucharistie. Sept ans avant sa mort, «Little Rose» a prédit sa propre mort à l’âge de 33 ans – le même âge auquel Jésus est mort sur la croix. Ferron était l’une des 30 personnes à avoir subi toutes les blessures du Christ en même temps, et, à ce titre, plus de 15 000 personnes ont assisté à ses funérailles.

 

 

5. Thérèse Neumann

La souffrance divine: 7 personnes qui prétendaient avoir les stigmates
[Image via wikipedia.org ]

Neumann était une paysanne de Konnersreuth, en Bavière, qui a subi plusieurs chutes au début de son âge adulte qui l’ont laissée temporairement aveugle. Bien qu’elle se soit poussée à rester active, de nouveaux accidents ont entraîné plus de blessures et sa cécité est devenue permanente. En 1919, elle était clouée au lit et aveugle, avec seulement les histoires religieuses de sa famille comme divertissement. Cependant, le jour de la béatification de la Carmélite Thérèse de Lisieux, la vue de Neumann a été restaurée.

Deux ans plus tard, le jour de la canonisation de la sainte, elle a eu une vision de Thérèse de Lisieux lui disant qu’elle marcherait à nouveau. Pendant le carême de 1926, Neumann a reçu les stigmates sous la forme d’une blessure au côté et plusieurs sur la poitrine, le dos, les paumes, les pieds et le front. En même temps, elle a eu des visions des derniers jours du Christ qui ont apporté une extase divine. Tandis que les derniers rites étaient donnés, Neumann retrouva rapidement sa santé et sa capacité à marcher. Elle a continué à vivre les stigmates chaque semaine et n’a vécu que de la Sainte Eucharistie jusqu’à sa mort en 1962. En 2005, l’Église l’a déclarée «Servante de Dieu» et a ouvert le processus de béatification et de canonisation.

6. Cora Evans

La souffrance divine: 7 personnes qui prétendaient avoir les stigmates
[Image via mysticsofthechurch.com ]

À partir de l’âge de trois ans, la ménagère californienne Cora Evans entre régulièrement dans un état de transe et fait l’expérience de visions divines. Pour commencer, cependant, Evans était membre de l’Église de Jésus-Christ des derniers jours. Après avoir perdu ses illusions sur l’église mormone, elle a été baptisée catholique romaine en 1935. En même temps, ses visions sont devenues plus claires à propos de la Vierge Marie et de Jésus-Christ, qu’elle a surnommé Le Maître.

Dans le cadre de ce qu’elle a appelé «L’humanité mystique du Christ», Evans croyait que Jésus lui parlait régulièrement pendant ses transes. Au cours d’un de ces épisodes en 1947, il lui a donné la possibilité de venir dans sa maison éternelle ou d’accepter les souffrances du monde. Quand elle a choisi ce dernier, elle a ressenti la dévotion infinie de Dieu et a vu les blessures du Christ de ses propres mains. Elle manifestait les stigmates dans les deux paumes et une couronne de trônes sur sa tête, qui respiraient tous l’odeur ou les roses. Depuis sa mort en 1957, le Vatican a déclaré Evans «Serviteur de Dieu» et l’a mise sur le chemin de la sainteté.

7. Zlatko Sudac

La souffrance divine: 7 personnes qui prétendaient avoir les stigmates
[Image via wikipedia.org ]

Zlatko Sudac est né en 1971 dans la ville de Vrbnik sur l’île de Krk. Il a accompli le service requis dans l’armée yougoslave et a commencé à étudier pour le sacerdoce catholique romain en 1993. Cinq ans plus tard, il a été ordonné prêtre diocésain et a commencé à servir la communauté de Krk, en Croatie. Là, il a donné des séminaires religieux et organisé des retraites en tant que Père Sudac – avant de manifester les stigmates lors d’une réunion communautaire en 1999.

Les blessures ont commencé comme une empreinte de 1 pouce sur son front qui ressemblait à une croix. Au fil du temps, plus de marques sont apparues sur ses poignets, ses pieds et ses côtés. À chaque apparition, Sudac ressentait une crainte et une crainte intenses du Seigneur et de sa puissance. Pourtant, il ne ressentait aucune douleur sauf quand il priait, quand les blessures pulsaient. Le père Sudac a également découvert qu’il possédait maintenant des dons divins de lévitation, de prophétie et de bilocation. Même quand il peignait, ce qu’il faisait en amateur, les stigmates apparaissaient sur le dessus de ses doigts. Bien que ses expériences fassent toujours l’objet d’une enquête, le Vatican a déclaré que les blessures de Sudac n’étaient «pas d’origine humaine».

Les sceptiques et les croyants tentent depuis longtemps de comprendre comment et pourquoi ces phénomènes intenses se produisent. Alors que certains se marquent pour exprimer leur foi, d’autres le font accidentellement uniquement pour trouver un véritable sens spirituel. Les neurologues théorisent que ces personnes peuvent souffrir d’épilepsie, d’hystérie ou d’autres problèmes psychologiques. Quelle que soit la cause, les stigmates coïncident avec des moments où l’autorité de l’Église est troublée. Plus que tout, les stigmatistes peuvent ainsi montrer l’importance de créer des espaces pour que les gens, ordonnés ou non, trouvent un sens à travers leur foi.

Article traduit par DAmien pour preuves du paranormal : https://www.preuvesduparanormal.fr/?

Source : OCCULTMUSEUM