Maudit immeuble ! Ou immeuble maudit ?

Pn 164857

Gonfrevillaise, Jocelyne Ducrou a vécu deux ans avec son époux et sa fille dans un appartement situé au… 13 d'une rue du centre-ville, au Havre.

 

Il leur avait été confié par une tante.Elle a de bien curieux souvenirs sur ces années-là. « Ma tante était partie à l'hôpital. Elle devait mourir le lendemain. Et dans l'appartement, tout était bouleversé, un capharnaüm ! Que s'était-il passé ? Mystère.

 

Une nuit, je me suis réveillée. L'écran de la télé était blanc, tout blanc, alors qu'elle n'était pas allumée.

Une fois, mon mari a vu comme une silhouette noire qui passait dans la chambre. » Mais c'est surtout ce qui se passait à l'étage inférieur qui intriguait la famille Ducrou

.« A l'étage du dessous, il y avait des grands-mères. L'une d'elles était complètement barjot, elle était possédée.

Elle se disputait avec son mari, pourtant décédé, et elle faisait sa voix rauque la nuit. Elle hurlait, des meubles étaient déplacés.

Ça se terminait à l'aube.

 

A l'époque on s'intéressait à l'ésotérisme : on sait que les gens possédés changent de voix. C'était très folklorique !

 

»Autre motif d'étonnement pour les Ducrou : les comportements de leur berger allemand.

« Il tremblait, il nous montrait les dents, mais quand on allait à la campagne, il redevenait normal. »

 

Enfin, Mme Ducrou a conservé précieusement un polaroïd sur lequel elle reconnaît une petite chienne dans un halo blanc, qui n'avait pas été photographiée puisqu'elle était morte.

« Elle était devenue fofolle à la fin de sa vie, on ne savait pas pourquoi. » Vraiment étrange tout ça.

 

Maudit immeuble ! Ou immeuble maudit ?

 

source paris-normandie