Les rites de Momification

7402e268ab0d70e12e992eb26bfc9c3f

Les anciens égyptiens pensaient que la mort entraînait la séparation des sept éléments fondamentaux (le corps, le ba, le ka, l'akh, le coeur, le nom et l'ombre) qui constituaient l'individu, il était donc indispensable de conserver le corps intact pour que le défunt puisse profiter de sa vie future auprès d'Osiris.

 

Les anciens Égyptiens croyaient en la vie après la mort. En ce sens, la momification devait aider quelqu’un à atteindre l’au-delà. Le peuple égyptien pensait en effet que pour avoir une vie après la mort, la personne décédée devait reprendre possession de son corps. Ils croyaient que le seul moyen de le faire était de faire en sorte que le corps soit reconnaissable. Pour cela, ils ont trouvé une solution qui semblait alors adéquate : la momification.

 

La momification est le processus de préservation et d’embaumement d’un cadavre dans la conviction que celui-ci serait nécessaire dans la vie après la mort. À l’aide d’un procédé spécial, les anciens Égyptiens retiraient toute l’humidité du corps, ne laissant qu’une forme séchée qui ne se décomposerait pas facilement. Le processus de momification nécessite d’inhiber la croissance microbienne et la déshydratation. Le processus de création d’une momie était compliqué et coûteux, et était entouré d’une foule de cérémonies et de rituels.

 

COMMENT SE PASSE LA MOMIFICATION ?

Après la mort, un corps commence naturellement à se décomposer. Afin d’empêcher un corps de se décomposer, il est nécessaire de priver les tissus d’humidité et d’oxygène. Les premiers Égyptiens ont enterré leurs morts dans des fosses peu profondes dans le désert. Le sable chaud et sec a rapidement éliminé l’humidité des cadavres et a créé des momies naturelles. Cependant, les Égyptiens ont découvert que si le corps était par la suite placé dans un cercueil, il ne serait pas préservé. Afin de garantir la préservation du corps, ils ont alors commencé à utiliser un processus appelé momification.

Wikipedia / Alensha

LA MOMIFICATION PEUT ÊTRE NON INTENTIONNELLE, ET ENGENDRÉE PAR DES CONDITIONS NATURELLES

Le processus de momification prend environ 70 jours. Si l’on ne parle que de la partie technique, sans les rituels et les cérémonies qui accompagnent la momification proprement dite, les étapes sont les suivantes. D’abord, il faut laver le corps. Ensuite, une coupure est faite sur le côté gauche de l’abdomen et les organes internes (intestins, foie, poumons et estomac) sont enlevés. Le cœur, que les anciens Égyptiens considéraient comme le centre de l’émotion et de l’intelligence, est laissé dans le corps pour être utilisé dans la vie à venir.

Un instrument à crochet est ensuite utilisé pour retirer le cerveau par le nez et le jeter par la suite, puisque le cerveau n’était pas considéré comme important. Le corps et les organes internes sont ensuite emballés avec du sel de natron pendant quarante jours pour éliminer toute humidité. Les organes séchés sont enveloppés dans du lin et placés dans des pots canopes. Le corps est de nouveau nettoyé et la peau, une fois parfaitement séchée, est frottée avec une huile spéciale.

wikimedia

Le corps était après rempli avec des sciures de bois et de chiffons, et les coupes ouvertes scellées avec de la cire. Le corps était aussi enveloppé dans des bandages en lin. Environ 20 couches sont utilisées et cela prend entre 15 à 20 jours. Une fois tout cela terminé, le corps bandé est placé dans un linceul et est ensuite placé dans un sarcophage. Les embaumeurs égyptiens étaient très discrets sur l’art et le processus de momification, et n’ont laissé aucun document ou récit se rapportant à leurs mystères et à leurs rituels. Par contre, les écrits du grec Herodotus ont fourni une quantité importante d’informations sur le processus ; et les connaissances modernes du processus ont surtout été obtenues à partir de l’étude des momies.

AU XVIE ET XVIIE SIÈCLE, CERTAINS EUROPÉENS DÉBALLAIENT ET MANGEAIENT DES MOMIES EN GUISE DE MÉDICAMENT

Il faut également savoir que la tradition de la momification n’est pas une exclusivité du peuple égyptien. En plus des momies mondialement célèbres de l’Égypte ancienne, la momification volontaire avait été observée dans des cultures anciennes dans des régions du monde entier. Le peuple Chinchorro du nord du Chili, par exemple, a mis au point un processus de momification vers 5 000 ans avant l’ère commun, soit environ 2000 ans avant les Égyptiens ne commencent cette pratique.

source dailygeekshows

 

 

 

 

Procédé de La momification et la mise au tombeau en Egypte Antique :

Bandelettage

 

La cervelle est retirée par les narines

Embaumement 1

  • Dès qu'un dignitaire décédait, son corps était confié aux prêtres choachytes qui jouaient le rôle d'ordonnateurs des pompes funèbres, et qui étaient installés dans la nécropole. Le plus souvent, ils travaillaient sous une tente qu'ils déplaçaient en fonction des besoins de tombe en tombe. Parfois, ils disposaient d'installations permanentes.
  • La première opération consistait à laver le corps. Ensuite, armés d'une tige en bronze introduites par les narines, les embaumeurs brisaient l'os ethmoïde qui sépare la partie médiane et antérieure de la base du crâne et la partie supérieure des fosses nasales et extrayaient le cerveau. L'encéphale était réduit en bouillie puis s'écoulait par l'orifice pratiqué. Dans un deuxième temps, une solution aqueuse de natron était versée dans le crâne pour dissoudre les résidus, et le crâne était vidé.
  • Puis, ils coulaient de la résine de conifères complétées de cire d'abeille et des huiles végétales parfumées. Puis, les paraschistes (coupeurs) s'occupaient du flanc qu'ils incisaient du côté gauche. Ils ôtaient les viscères, sauf le cœur (siège de l'intelligence et des sentiments) et les reins (en général trop difficiles à atteindre). Après un lavage au vin de palmes et un traitement au natron (mélange de sels de chlorure et carbonate de sodium qui a des propriétés dessiccatives), les viscères étaient enveloppés dans du lin et déposés dans les quatre vases canopes.
  • Le corps était alors entièrement recouvert de cristaux de natron sec par les taricheutes (embaumeurs) et placé au soleil. Au bout de soixante dix jours, les chairs avaient subi déshydratation des tissus ainsi qu'une saponification des graisses, le cadavre était alors lavé et enduit de gomme de cèdre, de myrrhe et de divers onguents ainsi que de parfums afin de rendre aux chair une certaine souplesse. La cavité abdominale était remplie de lin et de sciure de bois et refermée. Pour consolider le cou on insérait un bâton dans la cage thoracique, le long de la colonne vertébrale, afin de fixer la tête au thorax.

 

Le bandelettage pouvait commencer. Pour habiller le défunt, les anciens égyptiens utilisaient des bandelettes taillées dans des tissus usagés et imprégnées de gomme arabique. Ce n'est qu'au début de l'époque ptolémaïque (332-30 avant notre ère) que les embaumeurs commencèrent à employer des bandelettes fabriquées exclusivement à cet usage et que le bandelettage devint extrêmement sophistiqué; elles étaient enroulées de manière à former des dessins géométriques et certaines portaient des inscriptions rituelles.

Prélèvement des organes internes

Au cours de la momification, le prêtre lecteur récitait des prières tandis que ses assistants procédaient au bandelettage du corps et plaçaient entre les différentes couches de bandelettes Toutes sorte d'amulettes censées protéger le corps de la décomposition et assurer la régénération du défunt:

  • -L'œil " oudjat "(ou appelé l'œil d'Horus) qui symbolise la lumière et protège le défunt des ténèbres, du mal et du mauvais oeil.
  • -Nœud-tit (nœud d'Isis ou sang d'Isis) Symbole la vie, la stabilité et la dualité.
  • -Pilier djed: Symbole de durée et de stabilité.

Chaque doigt des mains et des pieds était enveloppé séparément, puis on passait aux quatre membres, à la tête et à l'abdomen. Les bras étaient placés le long du corps, ou ramenés en croix sur la poitrine ou l'abdomen. Lorsque le bandelettage était terminé, le prêtre embaumeur recouvrait les bandelettes de résine tiède et plaçait un masque sur le visage du défunt. Le cadavre était ensuite déposé dans un sarcophage puis rendu à la famille.

Le corps embaumé et habillé était déposé à l'intérieur d'un cercueil anthropomorphe, placé dans un second cercueil. Les dépouilles royales étaient protégées par trois cercueils et un sarcophage en pierre. A partir de la XXIIe dynastie, le cercueil intérieur fut remplacé par un cartonnage (tissu enduit de plâtre et de stuc). Cette enveloppe rigide était décorée de représentations de bijoux et de formules magiques. La partie figurant le visage, autrefois fabriquée à l'identique et portant un portrait idéalisé du défunt, fut remplacée à l'époque romaine par des portraits peints à l'encaustique. Une fois arrivé au tombeau, la momie, accompagnée de sa famille et des pleureuses, est soumise au rituel de l'ouverture de la bouche, permettant au défunt de retrouver ses sens et de rejoindre l'au-delà. On brûle de l'encens, de façon à le purifier et à lui redonner toutes ses capacités au défunt.

En 391, l'empereur Théodose interdit officiellement les rites païens; il mit ainsi un terme au rituel de momification.

 

source mytholigica

 

Images 3

 

 

1ere étape : Le lavement du corps 

 

 

 

 

2 eme etape

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Enlèvement du cerveau puis injection du résine liquide

 

3eme etape

Organes retirés (sauf le coeur)

Organes

4eme etape

Corps plongé dans un bain puis desséché et enfin rempli de toile, de sciure de bois, et de sable

 

5 eme etape

Massage de la peau avec huiles

 

6eme etape

Mise en place d'un fétiche au niveau du trou par lequel le corps fut ouvert

Enveloppement du corps nSlide13 n

Masque en or d pos sur la t te de la d pouille nCorps plac dans un cercueil nLa momification pour les animaux nSlide17 n2 le livre des morts et l au del n2 le livre des morts et l au del suite nJugement d osiris suite n3 la mise au tombeau nConclusion n

source slideserve

Date de dernière mise à jour : 08/02/2020