Mythologie Celte

Unnamed

Peuple Indo-européen, les Celtes ont émigré depuis l'est de l'Europe au cours du second millénaire avant notre ère. Lors de leur expansion maximale, ils occupaient toute l'Europe depuis l'Espagne jusqu'à la Turquie actuelle. Puis ils se sont retirés, autour de 200 avant notre ère, dans les territoires les plus à l'ouest: la Bretagne en France, l'Angleterre, le Pays de Galles, l'Irlande et l'ouest de l'Écosse.

 

Nous connaissons les Celtes continentaux à travers les historiens romains qui ont "interprété" à l'aune de leurs connaissances les dieux celtiques en termes de leurs équivalents romains approximatifs, leur faisant perdre leur saveur celtique en cours de route. Voici la religion gauloise telle que César l'appréhende.

On peut obtenir des informations plus sûres sur les Celtes de l'ouest parce que l'Irlande n'a jamais été romanisée et elle n'a été convertie au Christianisme qu'au Ve siècle de notre ère.

Les celtes adoraient plusieurs centaines de dieux et de déesses qui nous sont très mal connus à cause du manque de sources fiables.

 

? Sources

Les celtes païens ont laissé peu de traces écrites : lois, traditions et croyances religieuses étaient principalement transmises de façon orale. Notre connaissance de la culture celte est donc essentiellement basée sur les témoignages d'auteurs classiques grecs et romains, sur quelques vestiges archéologiques, et sur des écrits irlandais et gallois plus tardifs.

Mabinogion

Mabinogion

Incapables de comprendre les coutumes celtiques, les Anciens cherchèrent à justifier la conquête de leurs territoires en décrivant les Celtes comme des barbares indisciplinés avides de violence et se livrant à des rituels sauvages. Leurs récits sont donc peu crédibles, même si certaines de leurs observations ont été corroborées par des découvertes archéologiques.
La mise au jour de nombreux objets celtiques a permis aux chercheurs d'obtenir une vision différente de celle décrite par les auteurs gréco-romains. De fait, les Celtes formaient un peuple d'une grande intelligence et d'une grande richesse, dont les qualités artistiques et techniques demeurèrent inégalées dans l'Europe préhistorique.

 

 

Jules César donne une liste (transposée avec des noms de divinités romaines) des principaux dieux et déesses honorés par les Gaulois :

« Le dieu qu'ils honorent le plus est Mercure. Il a un grand nombre de statues ; ils le regardent comme l'inventeur de tous les arts, comme le guide des voyageurs, et comme présidant à toutes sortes de gains et de commerce.
« Après lui ils adorent Appollon, Mars, Jupiter et Minerve. Apollon guérit les maladies ; Jupiter tient l'empire du Ciel, Mars celui de la guerre ; Minerve enseigne les éléments de l'industrie et des arts.
« Les Gaulois se vantent d'être issus de Dis Pater (wp), tradition qu'ils disent tenir des druides. » (César, Guerre des Gaules, VI, 17-18)

Lucain

Selon le poète latin Lucain (Ier siècle), le panthéon gaulois distingue une triade de dieux principaux : Taranis, Esus et Toutatis, sans qu'aucun de ces dieux n'ait de rôle clairement défini :

  • Les «divinités générales» étaient connues des Celtes dans la plupart des régions, et sont les dieux et les déesses appelés à la protection, à la guérison, à la chance et à l'honneur.
  • Les "divinités locales" qui incarnaient le culte de la nature celtique étaient les esprits liés à une particularité naturelle, , telles que les montagnes, les arbres ou les rivières, et n'étaient donc généralement connues que des habitants des zones environnantes.

Les Celtes Gaulois habitaient la région correspondant à la France, la Suisse, l'Allemagne méridionale et occidentale, la Belgique, la Frise, les Pays-Bas, la Hollande, le Luxembourg et le nord de l' Italie. Les Celtes brittoniques, ou Britanniques, ont habité la plus grande partie de l'île de Grande-bretagne et ont ensuite migré vers la Bretagne.

 

  • Les «divinités générales» étaient connues des Celtes dans la plupart des régions, et sont les dieux et les déesses appelés à la protection, à la guérison, à la chance et à l'honneur.
  • Les "divinités locales" qui incarnaient le culte de la nature celtique étaient les esprits liés à une particularité naturelle, , telles que les montagnes, les arbres ou les rivières, et n'étaient donc généralement connues que des habitants des zones environnantes.
« Vous respirez en liberté, vous peuples qui répandez le sang humain sur les autels de Teutatès, de Taranis, et d'Hésus, divinités plus cruelles que la Diane de Tauride ; vous recommencez vos chants, bardes, qui consacrez par des louanges immortelles la mémoire des hommes vaillants frappés dans les combats. Et vous, druides, vous reprenez vos rites barbares, vos sanglants sacrifices que la guerre avait abolis. » (Lucain, Pharsale)
 
Druide 16ec6df
 
Les celtes était païens (c'est pour celà que l'on fait beaucoup références à la mythologie nordique), Les celtes tiennent des druides tandis que nordique des volva/volvo.
Les celtes avaient plusieurs dieux aussi et vivaient en harmonie avec la nature, donc, ils sont à considérer comme païens, au même titre que les vikings, les slaves ou encore les peuples asiatiques des steppes comme les mongoles.
 
Les divinités celtiques peuvent appartenir à deux catégoriesles divinités générales et les divinités locales .
 

 

Quelques Divinités : 

Taranis

Taranis (peut-être du gaulois taran « tonnerre ») est la principale divinté : le dieu du tonnerre (taran en gaulois), à la fois dieu solaire et dieu céleste, mais aussi des forces cosmiques. Sesattributs, qui sont la roue et le foudre (symbole de la foudre), montrent qu'il est aussi dieu de la guerre, du feu et des morts.

  

Taranis (Musée d'archéologie nationale).

Taranis (chaudron de Gundestrup).

Taranis (musée Saint-Rémi, Reims).

Dagda est le dieu de la science, des druides et des partages. Son nom signifie le « dieu bon ». Il a une massue dont l'une des extrémités peut tuer, l'autre ressusciter ; il nourrit avec son chaudron, et dispose d'arbres chargés de fruits.

 

Brigitte

Brigitte (ou BrigitBrigantia), fille de Dagda, est la protectrice des poètes, des médecins et des forgerons. La tradition chrétienne a perpétué son souvenir par sainte Brigitte.

Épona (Luxembourg)

Épona

Epona est la déesse des chevaux ainsi que de ceux qui les montaient ou les soignaient. Les soldats romains l'ont introduite en Italie. Son nom est dérivé du mot gaulois epos « cheval » et du suffixe -ona indiquant le caractère divin. C'est une déesse très populaire.

Brigitte (Rennes)

 

Dagda

Ésus (identifié par l'inscription), sur le pilier des Nautes parisiens, abattant un arbre et accompagné du taureau aux trois grues.

 

Ésus

Sur le pilier des Nautes parisiens, Ésus est représenté en train d’abattre un arbre, accompagné du taureau aux trois grues Tarvos Trigaranus, qui symbolise la fécondités et la puissance au combat.

Selon les circonstances, Ésus est le dieuartisan, le dieu des voyages, protecteur des commerçants, défricheur de forêts et charpentier.

 

Toutatis

Toutatis (ou Teutatès) est assimilé par Lucain à Mercure ou à Mars. Il pourrait être aussi le Dis Pater dont parle César, mais rien ne le prouve. D'autres le considèrent comme le dieu du ciel, ou comme le dieu de la guerre, auquel, avant de partir au combat, les Celtes offraient un sacrifice humain.

Dessin d'un bas-relief d'une divinité à trois visages, parfois identifiée au dieu Lug

Toutatis, à gauche ici, sur le chaudron de Gundestrup

 

Lug

Le dieu Lug est certainement une divinité importante de la mythologie celtique. Il apparaît dans des noms de villes comme Lyon ou Laon qui autrefois s'appelaient Lugdunum « la forteresse de Lug ». Peut-être Lug est-il le dieu correspondant au Mercure des Romains, dont parle César. Mais Toutatis et Ésus ont eux aussi des fonctions en rapport avec celles de Mercure.

 

Sucellos

Sucellos (ou Sucellus) a pour attributs un maillet (qui tue et ressuscite) et un tonnelet, symbole de prospérité. C'est un dieu des forêts et de l'agriculture, qui a pour parèdre Nantosuelte, déesse de la fécondité.

 

 

Cernunnos

Cernunnos est un dieu de la fécondité, du renouveau de la nature. Il porte des bois de cervidé. C'est l'un des dieux de la Terre.

 

 

Cernunnos (identifié par l'inscription), pilier des Nautes parisiens.

Cernunnos, chaudron de Gundestrup .

 

 

source mythologica, #laura