VOIR SA VIE DÉFILER, MAIS POURQUOI LA NOTION DE TEMPS DISPARAIT ?

Nde 4

 

« J’ai vu ma vie défiler », ces quelques mots se retrouvent dans les souvenirs singuliers rapportés par de nombreuses personnes ayant vécu une expérience de mort imminente.

Voir sa vie défiler est une des nombreuses caractéristiques de l’EMI. Les expérienceurs, la décrive comme instantanée, mais souvent accompagnée de « zoom » sur des moments clés de leur vie.

Nombreux sont ceux qui rapportent avoir revécu ces moments clés, en comprenant les tenants et aboutissants, tout en étant à la fois eux-mêmes et les autres protagonistes de la scène.

voir sa vie défiler en image

Voir sa vie défiler…

Une autre caractéristique fréquente de la revue de vie selon les témoins, se trouve dans la disparition du temps.

En effet, la notion que l’expérience se déroule en dehors du temps est extrêmement fréquente. Les témoins la traduisent comme ils peuvent avec des expressions tel que : « hors du temps, moment d’éternité, présent éternel, intemporalité, temps figé, etc. »

Il est peut-être surprenant, compte tenu de sa fréquence, que l' »expérience du bilan de vie » ait été très peu étudiée.

On peut attribuer cela au fait que la recherche sur ces expériences repose principalement sur des témoignages. Or, un témoignage est par essence subjectif, et c’est cette subjectivité qui rend  l’étude particulièrement difficile.

Cependant, il faut considérer chacun de ces récits isolés comme une pierre de plus à l’édifice. Au final, c’est l’accumulation et la cohérence de ces nombreux témoignages qui procure aux EMI, une certaine objectivité.

VOIR SA VIE DÉFILER, DES TÉMOIGNAGES SIMILAIRES.

Voici quelques témoignages de personnes ayant vu leur vie défiler. Ce post, ainsi que tous les récits, sont tirés du formidable livre DEADLINE du Dr Jean-Pierre Jourdan.

livre Deadline sur les EMI

Avec rigueur et objectivité, le Dr J.-P.Jourdan analyse et décrypte tous les aspects de ce phénomène en s’appuyant sur de nombreux témoignages.

-« J’ai revu l’intégralité de ma vie, en relief avec tous les détails, les gens, les situations. Mais dans un temps qui ne se déroule pas, la vie étant une globalité que l’on observe avec cette « intelligence » universelle.« 

-« J’avais l’impression que mon existence entière était étalée sous mes yeux, indifférenciée dans ses étapes et toujours sans que l’enchaînement des évènements paraisse se nourrir de temps.« 

-« Tout ce que je peux dire, même si je suis incapable de l’expliquer, c’est que j’existais dans ce qu’on pourrait appeler une sorte d’intemporalité absolue.« 

-« Eh bien le temps on ne le ressent pas, il n’existait pas….physiquement, je ne l’explique pas. »

-« Aucune notion de temps et pas de limite. Il n’y a pas, à ma connaissance, de possibilité de comparaison entre le temps de la matière et celui de cette dimension.« 

Pour la plupart, cette perturbation de la notion de temps concerne plus ou moins l’ensemble de l’expérience.

Mais comment expliquer cette disparition du temps ?

SPATIALISER LE TEMPS.

Lors d’une EMI, tout se passe comme si nos témoins avaient pu, lors de leur période d’inconscience, percevoir notre univers et ce qui s’y trouve depuis un point de vue extérieur à ce denier.

Pour comprendre ce phénomène, il faut penser au temps dans un sens « spatial ».

Notre vision courante du temps est celle d’une flèche qui se déplace du passé vers le futur en passant par le présent, et dans laquelle nous n’avons qu’un accès direct au présent. Mais la physique moderne a mis en doute cette vision linéaire simple du temps.

En effet, Einstein, par la découverte de la relativité restreinte en 1905, a fondé les bases d’une nouvelle compréhension des rapports entre espace et temps.

Si lors de l’expérience de mort imminente il est possible de transcender l’espace, on peut considérer qu’il est également possible de surpasser le temps. Mais comment conceptualiser ce phénomène ?

Le philosophe Bergson s’imaginait que le temps, « vu » de l’extérieur, soit en quelque sorte spatialisé. Cette approche consiste à isoler chaque instant du temps, en le ramenant à un morceau d’espace.

Pour comprendre ce que Bergson insinue à travers le« temps spatial », prenons l’analogie suivante :

Imaginez chaque étape de votre vie, comme les différentes étapes d’une randonnée.

Une randonnée consiste à parcourir un chemin en partant d’un point A, pour finir à un point B.  

Chaque nouvelle position de votre parcours va constituer un nouvel instant et offrir des paysages, des scènes, des séquences différentes. Toutes ces séquences vont se dévoiler au fur et à mesure dans un ordre chronologique.

disparition du temps illustration

De ce point de vue, chaque position de votre parcours va offrir de nouvelles séquences suivant un ordre chronologique.

Ce n’est qu’à la fin de la randonnée que vous pourrez décrire chaque étape, car avec le temps vous aurez réussi à accumuler une vision globale de votre parcours.

Maintenant, si vous regardez le même trajet d’un autre point de vue, par exemple un point de vue panoramique.

Vous percevrez d’un seul regard, votre point de départ, votre point d’arrivée, l’endroit où vous avez mangé,  le cours d’eau que vous avez traversé, etc.…

illustration de la revue de vie

En revanche, de ce point de vue ci, vous pouvez contempler l’ensemble de votre parcours d’un seul coup d’œil.

Au final, ce qui est considéré comme du temps, n’est en fait que de l’espace. Certes, il ne s’agit là que d’un concept pour illustrer les propos de Bergson.

Cependant, la physique d’aujourd’hui se fonde à la fois sur la physique quantique et sur la relativité générale. Mais ces deux visions distinctes ne constituent pas une description unifiée. Si notre physique ne convient pas, il faut donc en construire une nouvelle.

Et la voie pour le faire, selon le livre de Marc Lachière-Rey est essentiellement, géométrique.

Livre qui entrevoie une nouvelle physique au delà de l'espace et du temps.

Faut-il concevoir une nouvelle physique au delà de l’espace et du temps ?

« La notion d’espace-temps à quatre dimensions garantit la possibilité d’échanges entre les dimensions : ce qui apparait « spatial » d’un point de vue apparaitre temporel d’un autre. La nouvelle théorie rend la distinction entre temps et espace (presque) aussi arbitraire que celle entre verticale et horizontale dans la physique newtonienne. »

Au-delà de l’espace et du temps Marc Lachièze-Rey.

Si l’on reprend les témoignages concernant la disparition du temps lors de la revue de vie, on peut spéculer sur le fait qu’à travers cette expérience la dimension temporelle, se transforme en une dimension spatiale qui nous est alors inconnue.

VOIR SA VIE DÉFILER DANS UN ORDRE DÉCHRONOLOGIQUE.

Curieusement,  voir sa vie défiler présente fréquemment une caractéristique intéressante : La chronologie y est souvent inversée.

-« Les évènements se sont succédé, mais la chronologie ne correspond pas à celle du monde ordinaire. Des évènements qui se situaient avant se sont déroulés après.« 

-« Des pans entiers de mon passé se sont mis à défiler devant moi, des évènements les plus proches aux souvenirs les plus éloignés de mon enfance.« 

-« Les premières images ont été de voir toute ma vie défiler comme un flim à reculons.« 

Là encore, si l’on reprend le modèle de Bergson considérant qu’un temps « vu de l’extérieur » , soit en quelque sorte spatialisé. Sous ce même angle de vue, vous n’êtes pas soumis à la chronologie des évènements.

Souvenez-vous, de votre point de vue panoramique, vous pouvez observer en premier, le cours d’eau, puis votre regard va se porter sur l’arrivée, et finalement vous observerez en dernier lieu votre point de départ.

Dans cette dimension d’espace supplémentaire, les évènements ne sont pas soumis à la flèche du temps.

Mais si vous enlevez cette dimension d’espace (votre point de vue panoramique), vous n’aurez pas d’autres choix que de parcourir le chemin avec toutes les restrictions imposées par le temps.

Cet exemple nous montre comment une dimension supplémentaire peut introduire un degré de liberté additionnel.

Actuellement, nous explorons la structure de notre univers, nous en connaissant certaines lois ; mais depuis peu, nous envisageons des dimensions supplémentaires qui semblent nécessaires pour les unifier.

Mais si ces dimensions existent, sont-elles soumises à un temps ? Existe-t-il un autre temps ? Et si le temps n’existait pas ?

ET SI LE TEMPS N’EXISTAIT PAS ?

Environ dix ans avant de découvrir la théorie de la relativité générale, Einstein avait déjà compris que le temps et l’espace ne sont pas deux entités séparées, mais plutôt deux aspects d’une même entité. Cette découverte porte le nom de relativité restreinte.

Le temps devient encore plus variable avec la théorie de la relativité générale. Un champ gravitationnel plus fort (au voisinage de la Terre, ou du Soleil, par exemple) fait fonctionner les horloges plus lentement.

Tout cela pour dire que nous ne devons pas penser au temps comme s’il existait une horloge cosmique rythmant la vie de l’univers. Nous devons y penser comme à quelque chose de local : chaque objet dans l’univers possède son propre temps.

Aujourd’hui, la nouveauté qui nous vient de la gravitation quantique est que l’espace n’existe pas.

Seul le champ gravitationnel existe, un champ fait de nuages de probabilités de grains reliés en réseau.

Mais en combinant cette idée avec la relativité restreinte, on doit conclure que la non-existence de l’espace implique aussi la non-existence du temps.

Et si le temps n'existait pas ? Livre de Carlo Rovelli.

Dans ce court essai, Carlo Rovelli s’interroge sur la notion d’espace et de temps et discute des tentatives de réponses apportées par les théories anciennes et actuelles.

Certes, il est très difficile de donner un sens à tout cela. Mais il faut avoir à l’esprit qu’il y a des aspects de la réalité qui dépassent notre compréhension, et cela est particulièrement vrai pour le temps.

 

source et auteur : https://sciencemysterieuse.com