La grande chasse aux sorcières !

Jeannedarc bucher pantheon

La grande chasse !

Vengeance , politique , folie : de Jeanne d’Arc à Jean Bucquoy en passant par Anne Klemens , si tous sont déclarés sorciers , tous ne meurent pas pour les mêmes raisons .

Pourquoi on les a tués ?

1391

Jeanne de Brigue, Paris

Surnommée « la Cordelière » , cette paysanne de la région de Crécy en Brie ( Seine et Marne actuelle ) fut la première personne brûlée vive pour sorcellerie par le Parlement de Paris .

Elle était appréciée pour ses dons de guérisseuse et avait la réputation de retrouver les objets perdus ou volés , rendant ainsi service à tout le voisinage( y compris les curés ) .

D’après ses aveux sous la torture , voulant être épousée par l’homme qui lui avait fait plusieurs enfants , elle avait pratiquer des rituels magiques que lui avait enseignés Macette , une voisine , jugée en même temps qu’elle .

Le procès fut très long , car deux des juges refusaient de la condamner , et le tribunal multiplia les enquêtes.

Contrairement à sa complice cependant , Jeanne De Brigue maintint ses aveux et fut brûlée vive .

 

1431

Jeanne d’Arc , la sorcière des Anglais .

Il était de l’intérêt du roi d’Angleterre que Jeanne d’Arc soit brûlée comme sorcière .

Ce fut pourtant comme hérétique et devineresse qu’elle fut condamnée par le tribunal de l’Inquisition à Rouen .

1431, Jeanne d’Arc est à Rouen devant ses juges , 120 experts en hérésie et sorcellerie.

Les années 1420-1440 sont pour l’église des années de basculement, ou le grand ennemi de la chrétienté n’est plus l’ hérétique mais le sorcier ou la sorcière .

Impossible pour ces théologiens convaincus de la présence du diable d’imaginer que cette fille du peuple ait pu , sans l’aide de Satan ,vaincre à plusieurs reprises les troupes anglaises .

Venue de Lorraine, territoire des marges, comment a-t-elle pu se faire entendre du Dauphin et le convaincre de lever une armée ?

Avant eux , le futur Charles VII avait douté lui aussi lorsqu’elle était venue le voir à Chinon, en février 1429.

Il l’avait faite examiner par des experts et avait ordonné une enquête à Domrémy , son village natal .

Les succès militaires de la Pucelle l’avaient finalement convaincu qu’elle était bien l’envoyée de Dieu .

Vaincue par les Anglais elle avait été abandonnée par le monarque puisque Dieu lui-même ne l’a pas soutenue .

Or , pour ses troupes anglaises , et depuis longtemps déjà , elle n’était non la Pucelle mais la sorcière de France .

C’est ainsi qu’ils l’appelaient. A Orléans , en 1429 , à la simple vue de son étendard , plus de 500 hommes d’armes affolés s’étaient précipités dans la Loire plutôt que de combattre .

Dirigé pas l’évêque Pierre Cauchon , le tribunal de l’Inquisition la presse donc de questions : N’a-t-elle pas conclu un pacte avec Satan ? Son anneau n’en est il pas le signe tangible ?

Sa marraine ne lui aurait elle pas transmis son savoir faire  diabolique ?

« Alors Jeanne , avez-vous fait , mixturé et composé des sortilèges ? N’avez-vous pas utilisé de la Mandragore ?, cette plante dont la racine évoque un sexe masculin ?N’allez vous pas vous nourrir du sperme des pendus au pied des gibets et récupérer leurs os pour en faire de la poudre maléfique ? »

Sa fréquentation des hommes d’armes aggrave son cas , car il est déjà de notoriété publique que son compagnon Gilles de Rais ( 1400-1440) a recours à la sorcellerie. Jeanne nie , calmement .Oui elle sait qu’il existe des pratiques de sorcellerie dans sa campagne. Mais elle-même n’y croit pas !

Les fées ne volent pas , et elle non plus !

« C’est sorcellerie !!!! « 

Heureusement pour elle , elle n’a pas à se parjurer sous la torture, qui ne lui est pas appliquée .

Mais son sort est scellé car ses juges , eux , croient à la sorcellerie .

« Elle doit mourir par le feu comme une sorcière ! « 

Ainsi les soldats seront convaincus d’être désenvoutés et reprendront confiance en eux .

Ainsi , il sera prouvé que Charles VII a été sacré par le diable et non par Dieu , ce qui justifie le combat du roi d’Angleterre pour obtenir la couronne de France . L’acte d’accusation la déclare « sorcière, sortilège , devineresse , superstitieuse , pseudo-prophétesse , invocatrice des esprits malins et conjuratrice « et «  impliquée contre la foi catholique «  .

La sentence finale, pourtant , la condamne pour hérésie . Jeanne mourra officiellementparce que elle est une « devineresse » , rebelle à l’église en matière de foi.

Les raisons de cette inflexion ? Qu’importe !

Elle brûlera comme une sorcière, parce que c’est « politiquement » nécessaire.

Comme les Templiers brûlés sous Philippe Le Bel.

La sorcellerie , aussi est politique …….

C4057cd27c5f0039b668792ccac873c5

 

1641

Maren Spliid, Danemark

Première femme brûlée comme sorcière dans son pays , Maren fut la victime de la vengeance d’un concurrent de son mari , un tailleur très prospère de Ribe, dans le Jutland.

Mise hors de cause lors d’un premier procès , elle fut condamnée lors d’un second procès , en appel où intervint comme juge Christian IV ( règne 1588-1648).

Celui-ci la fit torturer pour l’obliger à faire des aveux .

Déclarée sorcière , elle fut brûlée vive le lendemain , après avoir bu de l’alcoolet avec un sac de poudre sur le dos pour que la mort soit plus rapide .

Le Danemark , protestant  , fut actif dans la guerre contre la sorcellerie . La dernière vistime reconnue coupable par la justice fut Anne Palles , en 1693 .

Mais en 1800, la mendiante Anna Klemens fut lynchée comme « reine de la sorcellerie » , à Horsens , par une guérisseuse et ses clients .

 

1662

Isobel Gowdie , Ecosse

Originaire de l’Ecosse protestante , Etat ou les bûchers furent nombreux , contrairement à l’Angleterre , Isobel Gilbert, née Gowdie, est restée célèbre pour ses aveux très détaillés .

Ils ont inspiré au XXe siècle non seulement des romans ( The Devil’s Mistress , de l’ésotériste John William Brodie-Innes 1915 / Isobel , de jane Parkhurst, 1977 ou Le Fléau de la nuit, de Graham Masterton 1991 )

Elle affirma avoir le pouvoir de se changer en chat ou en lièvre et avoir été baptisée par le diable.

Exprimées sous forme poétique, certaines de ses déclarations ont été incluses dans l’anthologie de l’Université d’Oxford.

Heksebraending danmark

 

1677

Jean Bucquoy, Hainault

Arrêté pour avoir été vu avec sa mère Isabeau en conversation avec le diable , il fut , comme elle torturé.

Elle mourut des suites de ce traitement , lui fut condamné au bûcher.

Il demeura cependant enchainé pendant des mois , car dans le Hainault , alors sous tutelle Espagnole , la loi interdisait l’exécution d’un mineur condamné pour sorcellerie .

Quand la cour de Mons  autorisa la sentence , c’est un agonisant qui fut conduit au bûcher, attaqué par la lèpre , il avait des plaies ouvertes et les membres rompus , il avait 16 ans …….

 

La dernière sorcière brûlée en France !

1679

Péronne Goguillon , Marchiennes

Enlevée et violée par quatre soldats , cette villageoise de la région de Douai fut accusée de sorcellerie par le commandant de la garnison.

On trouva des marques sur son corps , elle avoua qu’elle les devait au diable, puis dénonça des membres de sa famille et des voisins .

Deux femmes furent éxécutées avec elle , elle furent les dernières « sorcières » brûlées en France !

 

 

 

*** La chasse aux sorcières est la poursuite, la persécution et la condamnation systématique et en masse de personnes accusées de pratiquer la sorcellerie. Si la condamnation des pratiques de sorcellerie se rencontre à toutes les époques et dans toutes les civilisations, cette chasse aux sorcières du Moyen Âge tardif et surtout de la Renaissance est particulière par la croyance en un complot organisé de sorcières se réunissant en sabbat pour détruire la chrétienté en faisant un pacte avec le diable, et par la persécution et la traque massive de ces prétendues sorcières.

Les éléments théoriques de ces croyances sont élaborés par des intellectuels et théologiens et relayés massivement grâce aux nouvelles techniques de l'imprimerie. Une série de bulles pontificales établissent la légitimité des poursuites juridiques pour instruire des procès, et des manuscrits puis des livres imprimés, véritables manuels d'inquisition comme le Malleus Maleficarum en relaient les fondements théoriques et théologiques. Ces aspects sont également repris dans une iconographie qui fonde la façon dont les sorcières seront décrites dans l'art el la culture occidentale par la suite.

En Europe, ce mouvement influencé par les pratiques de persécution des juifs et des lépreux et les méthodes de l'inquisition pour éradiquer les hérésies et , débute dans les années 1430 dans l'arc alpin par les procès de sorcellerie du Valais et connaît son apogée des années 1560-1580 aux années 1620-1630 jusqu'à sa remise en cause progressive.

On estime à environ 60 000 le nombre de victimes causé par les exécutions.

Le phénomène de chasse aux sorcières n'est absolument pas cantonné au Moyen Âge tardif et à la Renaissance ni aux civilisations occidentales, puisqu'on les retrouve par la suite dans les sociétés dans lesquelles la croyance dans la pratique de la magie prévaut. Des occurrences sont rapportées en Afrique subsaharienne, dans l'Inde rurale du Nord et en Papouasie-Nouvelle-Guinée. Quelques pays disposent par ailleurs d'une législation contre les pratiques de sorcellerie. Le seul pays dans lequel la sorcellerie est encore punie de la peine de mort est l'Arabie Saoudite.

 

Source : Magazine hors série Le Point "Les Sorcières , histoire d'une renaissance " 

Wikipédia 

 

 

 

 

 

Date de dernière mise à jour : 10/03/2020