Pour Halloween, Airbnb loue les catacombes de Paris

Les catacombes de Paris sont ouvertes au public.

La privatisation de ce lieu insolite permettra de "renforcer les fonds propres en trouvant de nouvelles recettes", justifie la Mairie de Paris.

Publié le  LePoint

Pour vivre une fête d'Halloween pour le moins insolite, le site de locations Airbnb a loué à la mairie de Paris l'ossuaire des catacombes, une privatisation d'une nuit dont le produit sera "dédié à la préservation de ce patrimoine", a assuré lundi la Ville.

Airbnb propose sur son site, pour deux personnes et avec un jeu-concours, "une expérience qui sort de l'ordinaire" qui permet aux gagnants de passer la nuit du 31 octobre au 1er novembre dans l'ossuaire, avec un "vrai lit" et un petit-déjeuner.

 

Cette privatisation de 20 heures à 10 heures – heures ordinaires de fermeture – permettra de "renforcer les fonds propres en trouvant de nouvelles recettes", indique la Mairie de Paris, permettant ainsi "la préservation de ce patrimoine et l'amélioration de l'accueil du public". La direction municipale n'a pas voulu préciser le montant de cette privatisation qui se monterait, selon des sources concordantes, à quelque 350 000 euros.

 

Les restes de RabelaisLa Fontaine ou Charles Perrault

Selon la mairie, toutes les garanties de respect du lieu ont été données par Airbnb. En outre, les agents habitués à la surveillance de l'ossuaire, qui accueille quelque 500 000 visiteurs par an, seront présents. Par ailleurs, les catacombes ont déjà été louées pour des tournages ou des défilés de mode, ajoute la Mairie, qui se félicite d'une opération qui "témoigne de l'attractivité du patrimoine parisien".

 

Airbnb et municipalité avaient bataillé sur la question d'une taxe de séjour que paye désormais le site, depuis le 1er octobre, à hauteur de 83 centimes par nuit et par personne.

Les catacombes de Paris, aménagées dans les galeries d'anciennes carrières, rassemblent les restes de quelque 6 millions de Parisiens transférés entre la fin du XVIIIe siècle et le milieu du XIXe au fur et à mesure que se fermaient certains cimetières. S'y trouvent sans doute les restes de Rabelais, La Fontaine ou Charles Perrault.