Optographie, extraire la dernière image des morts!

Op

 

L’art de l’imagerie rétinienne, également connue sous le nom d’optographie, était une forme de science médico-légale utilisée à la fin du 19e et au début du 20e siècle. Après l’invention de la photographie, la pratique de l’optographie est née de l’idée que les yeux pouvaient capturer des images comme un appareil photo. Si quelqu’un mourait, la dernière image que le cerveau de cette personne avait vue avant de mourir pourrait-elle être conservée quelque part dans les yeux? Les premiers scientifiques y ont pensé et ont mené des expériences pour le prouver, ce qui a souvent conduit à des procédures médicales assez horribles .

Dans la quête pour prouver que l’optographie était une science médico-légale valable, la dissection des yeux des animaux et des humains est devenue une pratique courante. Des produits chimiques et des colorants étaient parfois utilisés pour tenter d’extraire des images de la rétine. En développant des images de la rétine, les scientifiques espéraient conserver les dernières images vues avant la mort. Bien que la recherche n’ait jamais soutenu les théories, la pratique pseudoscientifique est devenue courante et a même été utilisée dans les essais. Enfin, les gens ont réalisé que les yeux, en fait, ne fonctionnent pas comme des caméras. L’optographie a perdu de sa popularité, tout comme une autre mode du début du siècle impliquant les appareils photo: la photographie de mort victorienne. Cependant, l’histoire de l’optographie reste aujourd’hui un sujet passionnant.

 

 

Le début de la théorie

Au 17ème siècle, un frère nommé Christopher Schiener disséquait une grenouille lorsqu’il remarqua une image implantée dans la rétine de la grenouille morte. Schiener se demanda si l’image était la dernière chose que la grenouille voyait avant de mourir. Bien que Scheiner n’ait pas présenté beaucoup de preuves scientifiques pour sa théorie, il a d’abord avancé l’idée que les images pourraient être implantées de manière permanente dans les yeux. Cela conduirait finalement à l’étude de l’optographie.

Lame de guillotine

Quand Erhard Reif fut exécuté pour avoir noyé ses deux fils en 1880, le scientifique allemand Wilhelm Kühne obtint la tête de Reif et extrait des images de la rétine dix minutes après sa mort. Les résultats semblaient montrer la forme d’une lame de guillotine, donnant une certaine crédibilité à la théorie selon laquelle une nouvelle technique appelée «optographie» pourrait préserver les dernières images qu’une personne (ou un animal) a vues avant de mourir.

optographie - Optographie, extraction de la dernière image des morts

Cependant, cette expérience présentait certaines incohérences. Reif avait les yeux bandés alors qu’il était conduit à la guillotine, donc il n’a probablement pas vu la lame avant de mourir. L’image elle-même était également très ambiguë, et Kühne lui-même n’a jamais prétendu avoir réussi à documenter l’optographie du tueur.

Aider à trouver le tueur

L’un des incidents les plus célèbres liés à l’optographie a été le procès pour meurtre de Theresa Hollander en 1914. Elle avait été battue à mort et son corps a été jeté dans un cimetière. Ses yeux étaient grands ouverts dans la mort, donnant à sa famille l’espoir que leur tueur pourrait être identifié grâce à des images rétiniennes. Son ex-petit ami était le principal suspect et des images prises des yeux de Hollander ont été présentées lors de son procès. Malheureusement, les images n’ont pas fourni d’informations concrètes d’une manière ou d’une autre et le meurtre de Hollander n’a jamais été résolu. Les images n’étaient pas concluantes. Bien que son ex-partenaire ait été jugé deux fois pour le crime, il a été déclaré non coupable les deux fois.

Expérimentation avec des animaux

Le scientifique allemand Wilhelm Kühne a commencé à extraire des images de la rétine d’animaux pour voir si les yeux pouvaient capturer des images. Kühne travaillait principalement avec des grenouilles et des lapins décapités. Cela obligeait les animaux à regarder des objets brillants pendant de longues périodes avant de les décapiter et de les quitter des yeux. Ensuite, il emmenait les yeux dans une pièce sombre, les coupait en deux et utilisait une solution pour empêcher le pigment rétinien de bouger . Les images ont ensuite été baignées d’acide sulfurique, montrant ainsi n’importe quelle image et la rendant facilement visible.

Mais Kühne a souligné l’importance de le faire immédiatement après la mort de la créature, car les images ne seraient pas conservées longtemps après. Kühne a eu un certain succès avec ses expériences. Il avait regardé un lapin sur une fenêtre à barreaux bien éclairée avant d’être tué. Une image de l’œil du lapin semblait montrer la forme de la fenêtre et le motif des barres. Alors que certaines images de la rétine ont montré des résultats similaires, Kühne était frustré par le manque de cohérence dans ses résultats.

Condamner un meurtrier

Des images de la rétine ont parfois été utilisées comme preuve médico-légale dans les essais du 20e siècle. En 1924, un tueur en série allemand nommé Fritz Angerstein a été exécuté après avoir été reconnu coupable du meurtre de sa femme et de sept autres personnes. Le coroner a fait photographier les yeux des victimes et a affirmé que l’image d’un homme brandissant une hache pouvait être vue . Cela reste l’un des seuls cas connus dans lequel l’optographie a été utilisée pour prouver ou condamner un meurtre, mais les résultats ont été largement remis en question. À l’époque, l’optographie en tant que science médico-légale était une illusion, car elle avait été largement discréditée en tant que pseudoscience.

À la recherche de Jack l’Éventreur

L’optographie était très populaire à l’époque des célèbres meurtres de Jack l’Éventreur. Des rumeurs ont circulé selon lesquelles des enquêteurs médico-légaux utilisaient des images de la rétine pour tenter d’obtenir une image du tueur. Cependant, il n’y a aucune preuve vérifiable quant à savoir si cela s’est réellement produit ou s’il s’agissait simplement d’une rumeur. Il y avait même une photographie hideuse de l’une des victimes de l’Éventreur, mais même cela ne pouvait pas aider à résoudre le mystère du plus grand tueur en série de notre histoire.

optographie d'image - Optographie, extraction de la dernière image des morts

Les yeux d’un bœuf mort

L’optographie a été étudiée pour la première fois en 1843. Un photographe anglais a pris une photo en gros plan d’un hublot juste après sa mort. Après avoir pris la photo, le photographe a utilisé un microscope pour examiner la rétine et rechercher des images imprimées. Le photographe a détecté des motifs en forme de pierre menant à l’abattoir sur la rétine du bœuf.

La similitude de l’œil avec une caméra a incité la théorie

Après l’invention de la photographie dans les années 1840, les gens ont commencé à établir des liens entre l’œil et l’appareil photo. Les connaissances scientifiques réelles de la biologie humaine étaient bien moins avancées à l’époque qu’aujourd’hui. En travaillant en grande partie avec des preuves circonstancielles et des hypothèses, les gens ont commencé à se demander si l’œil pouvait capturer des images de la même manière que l’appareil photo. Les scientifiques ont estimé qu’une caméra, capable de prendre des images, devrait être quelque chose de similaire au fonctionnement de l’œil humain.

 

Les scientifiques ont blanchi le pigment des yeux pour capturer des images

Dans les années 1800, le physiologiste Franz Boll a découvert un pigment dans l’œil qu’il qualifiait de «violet visuel» . Aujourd’hui, les ophtalmologistes et les scientifiques l’appellent «rhodopsine» . Même après la mort d’un être vivant, il était possible de blanchir ce pigment et de créer des images permanentes de la rétine pour étude. Le professeur et scientifique allemand Wilhelm Kühne a repris l’idée et a estimé qu’en teignant ce pigment, il pouvait essentiellement développer des images de l’œil de la même manière qu’une photographie se développerait. Kühne a commencé à expérimenter avec des animaux et a inventé le terme «optographie» . Les images elles-mêmes étaient appelées optogrammes ou optographes.

Photographier les yeux des victimes de meurtre est devenu une pratique courante

Malgré sa fiabilité douteuse, il est devenu une pratique assez courante pour la police de photographier les yeux des victimes de meurtre au début des années 1900. Si les photographies des yeux n’étaient pas fréquemment utilisées comme preuve au procès, la pratique continuait néanmoins d’être utilisée, au cas où des images de condamnation pourraient être enregistrées.

optographie morte - Optographie, extraction de la dernière image des morts

Aucune preuve scientifique

La popularité de l’optographie a commencé à décliner lorsqu’il est devenu clair qu’il s’agissait d’une pratique très peu fiable. Des images de qualité étaient difficiles à obtenir car les yeux devaient être enlevés presque immédiatement après la mort et suivaient un processus très spécifique. Même lorsque la procédure a été suivie à la lettre, les images n’étaient généralement pas claires et se sont révélées inutiles dans les essais. Au fil du temps, il est devenu de plus en plus clair pour le public que les yeux ne captaient probablement pas la dernière chose qu’un individu voit avant la mort.

Optographie en culture

Même après que l’optographie n’était pas considérée comme une science solide, elle est devenue un sujet de grande curiosité publique. Les reportages des médias et les récits fictifs d’images rétiniennes étaient courants aux 19e et 20e siècles. Pendant ce temps, les journaux diffusaient fréquemment des informations avec des images étonnantes. De nombreuses histoires mentionnent que l’optographie a finalement résolu un meurtre.

L’intérêt pour l’optographie s’est renouvelé dans les années 1970

En 1975, il y eut un bref regain d’intérêt pour l’optographie. Un physiologiste a essayé de répéter certains des travaux de Kühne sur les lapins. Ils ont demandé à des lapins de regarder diverses images, y compris les peintures de Salvador Dalí, et des photographies de rétine vraiment intéressantes ont été extraites. Cependant, les résultats n’étaient pas concluants et cela a favorisé la croyance que l’optographie était probablement une pseudoscience.

Article traduit par Damien pour preuves du paranormal : https://www.preuvesduparanormal.fr/

Source : MEP