Dans l’antichambre avec les fantômes à Mortemer

Vue des restes du dortoir et de l eglise de l abbaye de mortemer

En coulisses. Dans cette rubrique, un journaliste raconte un événement par le petit bout de la lorgnette. Aujourd’hui, un voyage dans l’au-delà avec les fantômes de l’abbaye de Mortemer, à Lisors.

 

Dans l antichambre avec les fantomes a mortemer

Samedi 26 août, 19 h 30

Sur la petite route qui mène à Mortemer, l’abbaye cistercienne perdue au milieu de la hêtraie de Lyons-la-Forêt (27) depuis le XIIe siècle, j’ai l’impression de m’acheminer vers le bout du monde. Tous les samedis de septembre, les visiteurs vont encore bien plus loin puisqu’ils traversent les frontières du réel et pénètrent dans l’au-delà. La Nuit des fantômes est un des événements phares de la saison touristique à l’abbaye qui se laisse visiter toute l’année. Il les conduits dans un univers parallèle, celui où les esprits s’adressent aux vivants pour partager leurs tourments. Ce 26 août, c’est la première de la douzième saison. Je rejoins Vytas Kraujelis et sa troupe, en pleine préparation dans la Maison de couture, une dépendance cachée derrière un rideau d’arbres.

 

Une vision saisissante m’attend derrière la porte. En une fraction de seconde, je perçois des visages blafards aux yeux charbonneux et rougis par les larmes, une plaie béante qui défigure une séduisante mariée, une femme enceinte arborant une barbe généreuse... Tout cela dans une joyeuse effervescence où fusent les rires. Au bout de la grande table de ferme qui occupe le centre de la pièce, Vytas Kraujelis s’affaire à donner à Tiphanie le visage de la Mort. « J’imagine le maquillage en fonction du rôle, explique le metteur en scène lituanien, installé à Lisors depuis seize ans. Cette année, le spectacle est totalement nouveau. Depuis une semaine, nous travaillons à la mise en place des accessoires sur chaque scène, Mais il y a des choses à faire au dernier moment, comme allumer les bougies. Le théâtre est très grand. » En effet, c’est dans le magnifique parc qui sert d’écrin à l’ancienne abbaye cistercienne que la vingtaine de bénévoles va évoluer. Bon nombre d’entre eux participent pour la première fois.

Dans l antichambre avec les fantomes a mortemere

20 h

Martine et Hervé sont fin prêts. Ils ont répondu à un appel à figurants, paru dans la presse. « Nous faisons partie de chorales, La Clé de sol à Damville et Le Puits carré à Évreux, et nous avions envie de faire une autre expérience de la scène, justifie Martine, assistante maternelle à Sylvains-les-Moulins dans la vie et diseuse de mauvaise aventure dans la mort. Si elle se dit « détendue », ce n’est pas le cas de son désenvoûteur de mari qui avoue « avoir le trac qui monte au fur et à mesure que l’heure approche ». Devant la Maison de couture, Paulo termine un yaourt à la framboise. Son visage, aussi blanc que son costume, contraste avec ses cheveux bruns. « Je participe à la Nuit des fantômes depuis 2009, explique-t-il. Je m’intéresse au paranormal et aux phénomènes inexpliqués. Cet endroit est chargé de mystères. » L’abbaye est en effet riche de ses « vrais » fantômes : La Garrache, une femme louve apparue en 1884, Mathilde l’Emperesse qui revient hanter les lieux en Dame blanche ; les esprits de ces quatre moines massacrés dans les caves de l’édifice sous la Révolution... Des légendes qui n’en sont pas forcément pour ceux qui y croient. Chacun y va de sa petite histoire. « J’habitais une vieille maison et une fois, j’ai entendu comme des coups de heurtoir, très violents, et le poster qui était accroché au mur est tombé tout seul », raconte une bénévole. « Moi, dans une maison qui datait de plusieurs siècles, j’ai entendu quelqu’un jouer sur un piano qui était au premier étage alors que nous étions tous au rez-de-chausséeÇa fait quand même quelque chose », reconnaît une autre. De quoi se mettre dans l’ambiance !

Dans l antichambre avec les fantomes a mortemerd

20 h 30

Chacun va rejoindre son poste autour des étangs du parc. C’est sous les frondaisons, à la lueur des bougies, que les fantômes vont prendre toute leur dimension. La cinquième. Dans une demi-heure, ils conteront leurs tourments aux vivants, avec les petits aléas d’un soir de première, notamment une sono défaillante et une traversée du « tunnel de la peur » un peu hasardeuse. Des accrocs qui n’entacheront pas l’enthousiasme des visiteurs.

Dans l antichambre avec les fantomes a mortemer b

22 h 30

« Je m’attendais à voir des fantômes vêtus de draps blancs. Je crois que les esprits existent et c’était vraiment intéressant », commente Baptiste, 15 ans, venu de Saint-Martin-du-Vivier. Si Catherine est un peu « dubitative » sur ce qu’elle a vu, son mari Alain estime que « ça prête à la réflexion, surtout la dernière scène, très émouvante ». Christelle trépigne d’impatience. Venue en famille de Bihorel, elle est inscrite pour la dernière visite. « Je viens tous les ans depuis onze ans, toujours le soir de la première et toujours pour le tour de 22 h 30. Je fais partie des grands fans. L’ambiance est magique ! » Quant aux Havrais Alexandre et Audrey, ils sont morts... de rire. « On croyait juste faire la visite de l’abbaye de nuit. » Les fantômes sont toujours là où on ne les attend pas.

Dans l antichambre avec les fantomes a mortemerc

 

 

 

 

Tous les samedis jusqu’au 23 septembre. Tarifs : 13 €. De 6 à 16 ans, 9 €. Gratuit pour les moins de 6 ans. Départ par groupe toutes les 20 mn de 21 h à 22 h 30. Durée  : 1 h 30. Réservation conseillée. Ouverture des caisses à 20 h 30. Se munir d’une lampe-torche. Plus d’informations : 02.32.49.54.34 ou par mail : mortemer@orange.fr.

 

 

25389 190818155521732 0 854x640

 

Source paris-normandie