La mystérieuse maison démoniaque de San Francisco!

Demon 13

Certaines hantises semblent être de nature plus malveillante et perverse que d’autres. L’un d’eux vient de l’état de Californie, aux États-Unis, où en 1851, un riche ingénieur civil, mathématicien et magnat de l’immobilier du nom de JP Manrow a construit une majestueuse maison de style suisse à la limite nord de San Francisco. pittoresque Russian Hill. La maison était une belle affaire, avec un jardin stable et vaste et offrant une vue panoramique sur la baie de San Francisco, et cela aurait été un endroit très agréable à vivre sans tous les phénomènes paranormaux malveillants et très intenses qui transformerait la maison de rêve en cauchemar et lui mériterait le surnom de «La maison des démons».

Les choses semblent être devenues étranges peu de temps après leur emménagement. Tout a commencé assez innocemment, avec des objets disparus ou apparaissant dans des endroits étranges, et il a été signalé que souvent la vaisselle et les condiments étaient inversés lorsque personne ne regardait, comme ainsi que le sel mis dans le sucrier et vice versa. Cela a été suivi par des sons de rap persistants qui pouvaient être entendus provenant du sol, du plafond et apparemment de l’intérieur même des murs. Ces sons ont d’abord été considérés comme des rongeurs, mais leur nature insistante, leur force et le fait qu’ils se produisent à toute heure du jour et de la nuit ont convaincu la famille que quelque chose de très étrange se passait. Les phénomènes anormaux ont rapidement évolué vers des objets en mouvement ou des choses qui volaient de leur lieu de repos pour traverser la pièce ou basculer pour s’écraser au sol. Parfois, ces objets semblaient être en fait destinés à des gens, comme un incident effrayant où une hachette de cuisine était lancée par des mains invisibles sur Manrow lui-même, le manquant de peu. Pour la plupart, cela semblait être une activité plutôt farfelue et espiègle, et la famille s’est vite habituée à tout cela. La femme de Manrow dira plus tard de tout cela:

C’était plutôt terrible au début, mais nous y sommes habitués maintenant. En fait, j’avoue que je suis un peu plus agacé et indigné que terrifié. Ces esprits, ou quoi qu’ils soient, semblent si puérils et si irritants que je ne peux pas du tout le comprendre. Aujourd’hui, j’ai acheté un capot cher au centre-ville. Quand je suis rentré à la maison, je l’ai posé sur le piano. Le moment suivant, je me suis retourné pour le regarder à nouveau, et juste au moment où mon dos était tourné un instant, chaque plume avait été arrachée du capot!

La maison Manrow

La famille l’a surtout gardé pour elle-même au début, mais après un certain temps, M. Manrow en avait assez et en a parlé à un ami nommé Almarin Brooks Paul, un éminent ingénieur minier de 32 ans et un homme de 32 ans. avocat nommé William H. Rhodes. Leur réponse à cette histoire incroyable? Eh bien, allez à la maison et dirigez une séance impromptue, bien sûr. Le 19 septembre 1856, ils se sont dirigés là-bas, et M. Manrow, sa femme, sa sœur et sa nièce, ainsi que Paul et Rhodes se sont tous préparés pour leur séance, assis en cercle autour de la table, allumant des bougies, les neuf mètres, bien que aucun d’entre eux ne savait vraiment ce qu’ils faisaient. Tout cela aurait pu sembler un peu amusant, mais si l’un d’entre eux pensait que c’était une sorte de jeu idiot, ces pensées étaient bientôt effacées,

À peu près dès qu’ils se sont assis «tout l’appartement a été bouleversé», alors que des coups et des coups résonnaient tout autour, la table a lévité du sol et des objets ont été lancés avec force dans toutes les directions. Les livres volaient hors de leurs étagères puis commençaient à s’ouvrir et à se fermer comme des bouches qui grignotaient, la sonnette de la porte sonnait sans cesse, des mains invisibles les poussaient, les poussaient et les pinçaient, et il semblait que tout l’enfer se déchaînait. Sans se décourager, ils ont continué avec la séance malavisée, demandant à l’esprit qui c’était, ce qui a généré une série de phénomènes très bizarres. D’abord, l’esprit a prétendu être James King of William, puis a changé d’avis pour dire que c’était une femme hawaïenne âgée et morte nommée Capitana. M. Manrow a qualifié l’esprit de menteur et lui a demandé de se montrer, ce qui ne semble pas du tout être une bonne idée.

Dès que M. Manrow a dit cela, quelque chose à l’extérieur a commencé à frapper à la fenêtre, et une forme sombre pouvait être vue se profiler là au-delà de la vitre dans le jardin. Leur curiosité l’emportant sur leur peur, les gens dans la pièce se faufilèrent jusqu’à la fenêtre pour voir ce que c’était, mais la silhouette avait disparu. M. Manrow a davantage contrarié l’esprit en le défiant d’aller réveiller un domestique dans une autre pièce, ce qui a rapidement suscité un cri du pauvre homme, qui dormait à quelques portes plus bas. Le serviteur accourut alors en hurlant à propos d’un monstre dans sa chambre, et comme il le faisait, cette immense forme apparut à nouveau à l’extérieur de la fenêtre, et cette fois ils purent le voir dans toute sa hideuse gloire. Le Rhodes terrifié l’appellerait un «gobelin», et le décrirait plutôt d’une manière assez fleurie:

Cette terrible apparition était la figure la plus effrayante que l’œil humain ait jamais vue. Le langage est totalement inadéquat pour le décrire. Là, il reposait dans le clair de lune, silencieux, immobile et sublime dans son horrible déformation. Si tous les fiévreux se terminaient en enfer avaient combiné leurs traits en un chef-d’œuvre de laideur et de hideur révoltante de visage, ils n’auraient pas pu produire un visage aussi plein d’horreurs. C’était plus noir que le minuit le plus noir qui ait jamais froncé les sourcils dans une obscurité sans étoiles sur l’océan balayé par la tempête. Sur sa tête et son corps, il avait étendu un manteau du blanc le plus inoxydable. Cela ressemblait à une robe de nouvelle neige tombée recouvrant les restes noircis d’une conflagration. Il semblait que le péché personnifié avait arraché le vêtement d’un séraphin alors qu’il flottait et l’étalait sur sa forme cicatrisée par le tonnerre et brûlée par l’enfer. Son visage était tourné vers nous de profil, et je vis sur ses traits une expression de cruauté et de vengeance, assombrie par le froncement du désespoir éternel. Hope ne s’est jamais assis là. Son visage était si terrible, si répugnant, et si menaçant, noir et cruel, que tout le parti s’enfuit avec horreur.

Alors qu’ils s’efforçaient tous de sortir de là, la pièce était prétendument devenue complètement dingue. Les meubles ont sauté, dansé et catapulté tout autour, des objets flottaient dans les airs ou se sont lancés directement sur eux, et plusieurs des personnes horrifiées ont été bombardées de divers objets. Cette éruption intense d’activité paranormale furieuse les a suivis jusqu’à la porte d’entrée de la maison, laissant derrière eux un sillage d’objets éparpillés derrière eux, et ils seraient choqués de constater que la porte était barricadée par l’une des portes du portail. qui avait été complètement arraché de ses gonds avec une force immense. Ils recula et se dirigèrent vers la bibliothèque, où ils essayèrent de continuer la séance afin d’apaiser le démon furieux et de faire apparaître des esprits plus bienveillants. Cela semble avoir fonctionné, comme l’agitation s’est calmée pour faire place à quelque chose de résolument plus convivial. Rhodes dirait à ce sujet:

Immédiatement, tout le monde a été doucement touché et caressé par plusieurs mains; leurs cheveux étaient lissés et leurs joues tapotées par des mains qui devenaient peu à peu visibles, jusqu’à ce que parfois une douzaine soit vue sur une seule personne.

Ce phénomène plus bénin a duré un certain temps, puis la maison était calme et immobile. On pourrait penser que cela suffirait à dissuader quiconque d’essayer à nouveau une séance, mais ils étaient tellement fascinés par tout cela qu’ils en tinrent une autre le soir suivant. Cette fois, ils ont évoqué l’apparition d’une jeune fille, ainsi que celle d’une silhouette grande et mince avec des traits faciaux obscurcis qui «ressemblaient plus à une ombre qu’à une substance». Ils se sont réunis à nouveau le soir suivant, cette fois-ci faisant face à des phénomènes plus malveillants. En particulier, Paul a été accosté par des mains invisibles qui l’ont poussé et poussé, lui ont tiré les cheveux et l’ont poussé une fois complètement de sa chaise. L’assaillant invisible le souleva alors clairement dans les airs et le jeta sur la table de séance, à la grande horreur des personnes présentes. Une troisième séance le lendemain soir deviendrait encore plus violente, jetant des objets avec une telle force qu’ils fendaient les murs et cassaient la fenêtre. À un moment donné, un orbe lumineux est apparu, qui a flotté à l’extérieur et a pris la forme d’une tombe sur le sol avant de disparaître. Cela semble avoir été suffisant pour eux, car ils ont arrêté toute la séance après cela, bien que l’activité poltergeist à la maison ait continué.

Les nouvelles de la hantise ont réussi à se répandre dans la nature, et bientôt les médias ont appelé le manoir Manrow la «Maison des démons», avec de nombreux articles sensationnels détaillant les phénomènes effrayants. La hantise semble avoir duré plusieurs mois après cette dernière séance, puis un jour s’est soudainement arrêtée sans raison discernable. Plus tard, Manrow mourra et la famille le vendit à un homme du nom de John G. Klumpke, qui n’a connu aucun phénomène inhabituel pendant son séjour là-bas. En 1917, la maison Manrow a été démolie pour faire place à un complexe d’appartements de 19 étages qui existe encore aujourd’hui. S’il y avait quelque chose de surnaturel dans cet endroit, cela semble avoir disparu depuis longtemps, car personne dans l’immeuble n’a jamais rapporté quoi que ce soit de paranormal dans la nature.

Article de journal sur l’incident de l’époque

C’est en fait l’une des choses étranges dans ce cas particulier. L’activité paranormale n’a commencé qu’après la construction de la maison, pendant que la famille Manrow était là, et s’est dissipée pour ne plus jamais être revue. Il ne semble pas y avoir jamais eu de grande tragédie sur la terre où se trouvait le manoir, ce n’était jamais un cimetière indien ou le site d’un asile psychiatrique ou d’une catastrophe, alors pourquoi devrait-il soudainement être si hanté? Pourquoi cela devrait-il être? Une idée est que c’était une sorte d’énergie psychique libérée par M. Manrow ou un membre de sa famille. Une autre possibilité curieuse est qu’il s’agissait de ce qu’on appelle un attachement spirituel, dans lequel les forces paranormales font en quelque sorte du stop avec quelqu’un ou quelque chose. Dans ce cas, il a été souligné que tout semble avoir commencé lorsque Mme Manrow est revenue d’un voyage à Hawaï avec de vieilles antiquités en remorque. Cela expliquerait certainement le «démon» apparaissant comme une vieille femme hawaïenne, alors ont-ils réussi à ramener quelque chose avec eux? Quoi qu’il en soit, cela semble avoir été certainement une hantise très agressive et violente, jaillissant d’une force avec une intention résolument insidieuse. Considérant qu’il n’a pas encore relevé la tête, nous ne savons peut-être pas d’où il vient ni où il est allé, mais nous pouvons certainement être heureux qu’il soit parti.

Article traduit par Damien pour preuves du paranormal : https://www.preuvesduparanormal.fr/

Source : ANOMALIEN