Eusapia Palladino, un médium qui a attiré les scientifiques

Medium 3

 

Le monde des scientifiques, des écrivains et d’autres intellectuels a été charmé par elle et la curiosité les a fait assister à ses séances – Eusapia Palladino était une énigme qui pouvait soi-disant communiquer avec les morts.

Elle était un phénomène surnaturel de son temps. Eusapia est née le 21 janvier 1854 à Minervino Murge, province de Bari, Italie. Quand elle était très jeune, elle a épousé un artiste de théâtre et un conjurateur itinérant nommé Raphael Delgaiz. Beaucoup suggèrent qu’elle a beaucoup appris de son premier mari. Cette connaissance lui a permis de faire une carrière incroyable. Plus tard, elle a épousé Francesco Niola, un marchand.

Bien que de nombreux magiciens et sceptiques de la magie aient conclu qu’elle n’était rien de plus qu’un filou intelligent, ses séances étaient pleines de gens qui lui faisaient confiance. Même maintenant, les gens s’interrogent toujours sur les tables de lévitation dans ses réunions spirituelles.

Alexandr Aksakov (à droite) "contrôle" tandis que Palladino fait léviter la table, Milan.  (1892)

Alexandr Aksakov (à droite) « contrôle » tandis que Palladino fait léviter la table, Milan. (1892) ( Domaine public )

Les Séances à Varsovie

La renommée de Palladino peut avoir ses débuts en Pologne. Elle a visité Varsovie à deux reprises. La première fois, elle a été invitée par le psychologue, le Dr Julian Ochorowicz. Il l’a accueillie de novembre 1893 à janvier 1894. Elle voulait démontrer ses séances phénoménales, influencer la société locale et créer un revenu impressionnant.

Ochorowicz l’a présentée à l’écrivain polonais Boles?aw Prus, qui a assisté à plusieurs de ses séances et l’a promue dans la presse. Lors des rencontres avec Palladino, il s’est senti inspiré pour écrire le roman historique Pharaon . Prus a commencé à l’écrire en 1894, après le départ d’Eusapia en Pologne. Ce n’était pas un secret qu’Eusapia adorait Prus.

me médiévale abandonnée d’Italie

Eusapia Palladino.

Eusapia Palladino. ( Domaine public )

Palladino est revenue en Pologne dans la seconde moitié de mai 1898. Elle voyageait de Saint-Pétersbourg à Munich et à Vienne. Elle a de nouveau rencontré Prus, mais il semble qu’il n’y ait rien de plus dans leur relation.

La renommée croissante d’Eusapia lui valut une invitation en Angleterre. En juillet 1895, elle apparut à Cambridge pour une série de séances. C’était peut-être la première fois qu’elle faisait face à de vives critiques. Un article a été publié dans le British Medical Journal intitulé « Exit Eusapia! » Elle remet en question la légitimité scientifique de ses talents de médium.

Photographie de Boles?aw Prus.  (vers 1905)

Photographie de Boles?aw Prus. (vers 1905) ( Domaine public )

Expériences spirituelles avec Marie et Pierre Curie

De Pologne, Eusapia s’est rendue en France, où elle est également devenue une personne très captivante. En 1898, l’astronome Eugène Antoniadi a enquêté sur ses talents spirituels. Il a dit que ses résultats prouvaient que ses performances étaient frauduleuses du début à la fin. Néanmoins, il semble que sa renommée de Varsovie lui ait fourni un groupe de grands scientifiques qui voulaient faire des recherches sur ses compétences. Le groupe de chimistes, biologistes et physiciens était dirigé par les célèbres Marie et Pierre Curie.

Pierre et Marie Curie, v.  1903.

Pierre et Marie Curie, v. 1903. ( Smithsonian Institution @ Flickr Commons )

La première réunion a eu lieu en 1905. Outre les Curies, la réunion comprenait des scientifiques comme Charles Richet, Henri Bergson, Jacque-Arsène d’Arsonval, William Crookes, Jean Perrin, Louis Geroges Gouy et Paul Langevin.

Il semble que beaucoup d’entre eux étaient fascinés par le domaine croissant de la physique quantique, ainsi que par les recherches sur la vie après la mort et les mécanismes qui pourraient permettre aux gens d’attirer les choses et les opportunités qu’ils voulaient. Pierre Curie a rapporté à son ami Gouy:

«Nous avons eu une série de séances avec Eusapia Palladino à la [Society for Psychical Research]. C’était très intéressant, et vraiment les phénomènes que nous avons vus semblaient inexplicables comme des ruses – des tables levées des quatre jambes, des mouvements d’objets à distance , des mains qui vous pincent ou vous caressent, des apparitions lumineuses. Le tout dans un [décor] préparé par nous avec un petit nombre de spectateurs que nous connaissons tous et sans complice possible. La seule astuce possible est celle qui pourrait résulter d’une extraordinaire facilité de le médium en tant que magicien. Mais comment expliquez-vous les phénomènes quand on tient ses mains et ses pieds et quand la lumière est suffisante pour qu’on puisse voir tout ce qui se passe? « 

Cesare Lombroso et Charles Richet "contrôlent" tandis que Palladino fait léviter le tableau, Milan, 1892.

Cesare Lombroso et Charles Richet « contrôlent » tandis que Palladino lévite une table, Milan, 1892. ( Domaine Public )

Les Curies ont également vu les séances comme des expériences scientifiques. Ils ont pris des notes et discuté des conclusions avec d’autres chercheurs. Il est possible qu’ils cherchaient la source d’une énergie inconnue. Pierre était beaucoup plus fasciné par les séances du Palladino que Marie. Néanmoins, l’attention de grands chercheurs a fait d’Eusapia l’un des médiums spirituels les plus influents du monde.

La fin de la magie

Après son séjour en France, Eusapia est retournée en Italie, mais a également voyagé en Amérique. Plus elle voyageait, plus les voix sceptiques apparaissaient. Des chercheurs, des scientifiques et des philosophes ont tous assisté et analysé ses séances. Ils voulaient savoir pourquoi des scientifiques célèbres comme les Curies l’appréciaient, mais aussi trouver un moyen d’expliquer ses activités. La première personne notable qui l’a critiquée en Amérique était probablement Charles Sanders Peirce, qui a écrit:

 » Eusapia Palladino s’est avéré être un prestigieux et tricheur très intelligent, et a été visité par un M. Carrington … En fait, il a souvent attrapé la créature Palladino dans des actes de fraude. Certaines de ses performances, cependant, il ne peut pas l’expliquer; et là-dessus, il insiste sur la théorie selon laquelle ceux-ci sont surnaturels ou, comme il le préfère, « surnaturels ».

Palladino semblait ne pas se soucier beaucoup des critiques qu’elle a reçues et elle a accepté d’organiser une séance au laboratoire de physique de l’Université Columbia. Avec l’aide d’autres magiciens et chercheurs, elle a démontré ses talents.

En janvier 1910, les chercheurs ont découvert que Palladino avait libéré son pied gauche pour effectuer les phénomènes de lévitation de la table. Cela a soulevé des doutes sur ses séances et les scientifiques ont finalement trouvé le premier argument pour soutenir la croyance qu’elle était une triche. La même année, Stanley LeFevre Krebs a écrit un livre sur ses astuces intitulé «  Trick Methods of Eusapia Paladino  ».

La mandoline (instrument rayé, en haut, à droite) lévite au-dessus de la tête de Palladino devant les rideaux à l'extrémité très courte de la table pendant la séance de Palladino à Munich, Allemagne, le 13 mars 1903.

La mandoline (instrument rayé, en haut, à droite) lévite au-dessus de la tête de Palladino devant les rideaux à l’extrémité très courte de la table pendant la séance de Palladino à Munich, Allemagne, le 13 mars 1903. ( Domaine public )

Faux médium ou danger pour la science?

Une autre personne qui l’a critiquée était Harry Houdini, le célèbre magicien. Il a même expliqué certaines de ses astuces. Selon lui, elle a triché à chaque séance. Dans le même temps, de nombreuses personnes ont confirmé des conversations incroyables avec des parents décédés grâce à sa médiumnité.

L’histoire la plus célèbre est liée à une conversation avec le fantôme du légendaire roi Jean d’Angleterre. Même certains des chercheurs français qui l’ont étudiée ont admis que les informations qu’elle leur avait données sur leurs proches et amis, dont les fantômes auraient été en contact avec elle, étaient très convaincantes.

Houdini en 1899.

Houdini en 1899. ( Domaine Public )

Si Eusapia Palladino n’était pas vraiment une triche, elle aurait pu être considérée comme une personne très dangereuse pour les autorités mondiales, les gens qui gagnaient de l’argent en tant que magiciens et aussi les scientifiques. Beaucoup ont essayé de résoudre ses secrets, mais jusqu’à présent, personne ne sait avec certitude si elle était juste une femme intelligente qui savait manipuler un public, ou un véritable médium qui avait des capacités spéciales.

Image en vedette: Marie et Pierre Curie, il tenant en l’air un spécimen incandescent ( CC BY 4.0 ) Un portrait d’Eusapia Palladino ( Projet Gutenberg )

Article traduit par Damien pour preuves du paranormal

Source : ANCIENTORIGINS