Le Feng-shui!

Feng

Le Feng-shui est une formule universelle, composée d’éléments divers que nous pouvons introduire dans nos lieux d’habitation afin d’harmoniser au mieux les énergies qui nous entourent.
Cette appellation est d’origine chinoise et se prononce « Fong chouet ». Feng-Shui signifie « le vent et l’eau ».
Le Feng-shui est né en Chine dans son antiquité profonde.

Le Feng-shui permet d’agencer nos lieux de vie afin de les rendre agréables et nous permettre d’exprimer tout notre potentiel dans les différents domaines de notre vie. Notre lieu de vie joue un rôle considérable sur la qualité de notre existence. Que ce soit par sa forme générale, sa structure, ses abords immédiats, la disposition, la couleur du mobilier ou des objets, tout reflète ce qui se passe dans nos vies.

En prenant soin d’organiser nos intérieurs selon le principe du Feng-shui, nous pouvons donc améliorer considérablement les différents aspects de notre vie.

Nouvellement introduit dans le monde occidental, le Feng-shui devient moins « traditionnel » et certains maîtres n’hésitent pas à divulguer leur savoir en le simplifiant, sans pour autant le priver de ses capacités bienfaisantes.

Il est donc aujourd’hui possible d’introduire le feng-shui dans nos habitations sans que cela soit astreignant ou coûteux.

Je vous expliquerai donc de manière la plus simple possible, comment mettre en place le Feng-shui chez vous, afin que vous puissiez vous aussi profiter de ses bienfaits.

 

Le ch'i et le cha : 

Le Ch’i

Le ch’i est l’énergie fondamentale de l’Univers. Il imprègne et vivifie tout ce qui existe dans la création dans un mouvement perpétuel, y compris le vide formant un monde naturel indivisible à la base.
Rien n’est inerte et tout être vivant, toute chose, tout espace est animé d’un ch’i particulier dont les vibrations s’influencent mutuellement s’attirant ou se repoussant dans un mouvement qui nous est plus ou moins bénéfique. La pratique du feng-shui permet d’interrompre des échanges énergétiques adverses, de rétablir une association vibratoire harmonieuse entre les éléments qui nous entourent et d’en retirer les effets bénéfiques sur nos propres énergies.
Lorsque le ch’i imprègne un lieu d’habitation, il apporte aux occupants de celle-ci une protection mystérieuse qui les met à l’abri du malheur tout en leur apportant de multiples bienfaits.
Le ch’i imprègne toute la matière. Fluide comme l’eau, son mouvement est gouverné par les éléments physiques qui tracent son parcours.
Le ch’i aime prendre les chemins sinueux, effleurer les formes arrondies. Il apprécie la végétation luxuriante, les endroits animés, lumineux, les couleurs harmonieuses, et surtout l’eau.
Le ch’i aime tout ce qui est beau, harmonieux et gracieux, et s’éloigne de tout ce qui est effrayant, laid et malpropre.


Le Sha

Le sha existe à l’opposé du Ch’i, énérgie extrêmement bénéfique mais également de nature très fragile. Dès l’instant ou le Ch’i se détériore, il laisse la place au Sha, onde malfaisante qui va ainsi déverser ses méfaits sur la vie des personnes qui y sont durablement exposées.(déboires amoureux, fortunes dispersées, opportunités ratées, maladies etc…).
L’essentiel de la pratique du Feng-shui vise à se prémunir contre les sources du Sha au moyen de remèdes qui réactivent le Ch’i.
Le Sha s’installe dans les endroits rarement utilisés, les coins sombres et malpropres. Mais aussi dans les lieux surpeuplés ou surchargés de meubles et d’objets, les replis obscurs, les placards mal rangés, les débarras, les caves et les greniers encombrés. Il s’engouffre dans les couloirs étroits, émane des eaux croupies ou tumultueuses et se produit à partir de tout se qui se décompose.

 

La lumière : 


Que ce soit la lumière du jour ou celle produite par un éclairage artificiel, la lumière est une très grande source de ch’i qu’elle déploie et régénère. Les lampes électriques, à huile, à gaz, les bougies etc… symbolisent le soleil, la chaleur et le feu.
A l’intérieur comme à l’extérieur, les sources d’éclairages doivent être suffisamment lumineuses pour y voir bien clair. Elles ne doivent toutefois pas être éblouissantes. Un lieu trop ou pas assez éclairé annule les propriétés bénéfiques du ch’i et empoisonne l’atmosphère.
Les néons, les ampoules nues, les lumières fluorescentes qui descendent directement du plafond sont déconseillés. La lumière doit offrir une atmosphère rassurante et de bien-être. Il vaut mieux donc une source lumineuse dans chaque coin d’une pièce, plutôt qu’un éclairage au moyen d’un plafonnier unique.
Un bon éclairage stimule le ch’il dans les coins sombres, où il a tendance à stagner. Dans les pièces basses de plafond, ou qui sont d’un niveau inférieur au reste de l’habitation, il est préférable d’installer un éclairage qui renvoie la lumière au plafond (lampadaire sur pieds ou lumières halogènes dans les coins). Dans les soupentes et dans les greniers, il est conseillé de placer une source lumineuse du côté de la descente des toits, afin de les surélever symboliquement.
On doit aussi placer une lampe sur les tables de travail, qu’on allume même en plein jour quand on s’y installe. 
Les entrées de maison, aussi bien à l’intérieur qu’à l’extérieur, doivent être bien éclairées. Les logements ou les bureaux en sous-sol doivent être baignés d’un éclairage harmonieux, diffusé dans toute la pièce ainsi qu’au plafond.
Il faut également toujours remplacer une ampoule morte.

 

source : http://auteldelocculte.eklablog.com/feng-shui-