Le jeune du sanatorium! Contact défunt

Aincourt

 

 

Le jeune homme du Sanatorium d'Aincourt

Bonjour, je souhaite aujourd'hui vous raconter un de mes contacts défunts un peu particulier. Un jeune homme d'environ 30 ans enfermé dans le sanatorium d'Aincourt durant la deuxième guerre mondiale. Comment je le sais ? Il m'a tout simplement fait vivre son histoire. C'est le premier défunt qui a réussi à me faire déplacer à plus de 500 km de chez moi pour une chose bien particulière. C'est le premier défunt qui à marquer mon corps pour que je comprenne ce qu'il a vécu. Comment ? Par des marques de sangles qui apparaissaient autour de mes chevilles. Il se connectait à moi comme bon lui semblait, mais il fallait absolument que je comprenne, et que je vienne pour les autres.

Tout commence par des photos qu'un enquêteur du paranormal m'a fait parvenir afin que je lui donne mon avis sur ce lieu mythique. Je regarde les photos, je prends mon temps. C'était au tout début du travail que j'allais accomplir à ses côtés. Mes yeux se sont posés sur ces photos et tout de suite, des flash de l'histoire du lieu, de l'angoisse, des cri et surtout de la peurs accompagnait les images qu'on m'envoyait. La nuit suivante en utilisant le rêve, je me retrouve dans le sanatorium d'aincourt. Je suis un homme, je m'appelle Patrick et je vais vous raconter mon histoire. Comme les précédents contacts, je vois à travers les yeux du défunt et puis je reviens en tant que spectateurs. Je me vois marcher dans les couloirs du sana et là, je m'arrête à une porte, dans un lit un homme attaché aux deux pieds par des sangles, une de ses mains l'est également, l'autre est libre. La petite chambre est blanche, je sens l'odeur de l'hôpital ou plutôt une odeur d'éther. Je sais qu'il me voit, son regard est vide, vitreux. On dirait presque qu'il est drogué. Il soutient mon regard et me dit "elles me font du mal", je lui demande "qui?", il me répond "les femmes", "elle me touche où je ne veux pas ". Je comprends directement que cet homme est victime d'abus sexuel. Je vois à travers les yeux de Patrick. J'ai peur, je souffre, je n'ai plus de force. Avec ma main libre, j'arrive à me détacher. J'essaie de me lever, mais je tombe, je suis trop faible, je ne tiens plus sur mes jambes. Je veux m'échapper par n'importe quel moyen. Je veux prévenir ma famille, ils doivent venir me chercher, je suis tellement fatigué. Je rampe sur le sol comme je peux, je suis dans ce grand couloir, je rampe et je vois un hall, le hall d'accueil. Sur un des murs, il y a un miroir. Tout d'un coup, je sens qu'on me prend brutalement sous les bras, un homme, un infirmier, il se moque de moi. Il me met sur les jambes, je me vois dans le miroir et je vois le visage de Patrick. Il était d'une maigreur extrême. Les cernes sous ses yeux montraient l'état de fatigue dans lequel il était. En face du miroir, j'entends rire, j'entends que quelqu'un me dit que je sortirais d'ici les pieds devant. À ce moment-là, je sais que je ne verrais plus ma famille. On me rattache à mon lit avec de nouvelles sangles. Je m'appelle Patrick, je suis mort d'épuisant de part la maltraitance.

 

Chambre

Lors de ma première investigation dans ce sanatorium, j'ai retrouvé sa chambre, le fameux couloir, et même le hall d'accueil. J'ai pu entrer en contact avec lui. Il m'avait fait venir, car d'autre comme lui avaient souffert et cherchait la paix. Je retourne régulièrement dans ce lieu avec jessy afin d'aider ses âmes à lâcher prise et à passer dans la salle d'attente.

 

#soso

 

 

 

solenne astral entité