mort

  • Ne reste pas là à pleurer devant ma tombe je n’y suis pas, je n’y dors pas…

    Deuil

    Ne reste pas là à pleurer devant ma tombe je n’y suis pas, je n’y dors pas…

     

    Je suis le vent qui souffle dans les arbres

    Je suis le scintillement du diamant sur la neige

    Je suis la lumière du soleil sur le grain mûr

    Je suis la douce pluie d’automne quand tu t’éveilles dans le calme du matin

    Je suis l’envol de ces oiseaux silencieux Qui tournoient dans le ciel.

    Alors ne reste pas là à te lamenter devant ma tombe, je n’y suis pas, je ne suis pas mort !

    Pourquoi serais-je hors de ta vie simplement parce que je suis hors de ta vue ?

    La mort tu sais, ce n’est rien du tout.

    Je suis juste passé de l’autre côté.

    Je suis moi et tu es toi. Quelque soit ce que nous étions l’un pour l’autre avant, Nous le resterons toujours.

    Pour parler de moi, utilise le prénom avec lequel tu m’as toujours appelé. Parle de moi simplement comme tu l’as toujours fait.

    Ne change pas de ton, ne prends pas un air grave et triste.

    Ris comme avant aux blagues qu’ensemble nous apprécions tant.

    Joue, souris, pense à moi, vis pour moi et avec moi.

    Laisse mon prénom être le chant réconfortant qu’il a toujours été. Prononce-le avec simplicité et naturel, Sans aucune marque de regret.

    La vie signifie tout ce qu’elle a toujours signifié.

    Tout est toujours pareil, elle continue, le fil n’est pas rompu.

    Qu’est-ce que la mort sinon un passage ?

    Relativise et laisse couler toutes les agressions de la vie, pense et parle toujours de moi autour de toi et tu verras,
    Tout ira bien.

    Tu sais, je t’entends, je ne suis pas loin, Je suis là, juste de l’autre coté… —

     

    de Mary Elizabeth Frye / Saint Augustin

     

    Do not stand at my grave and weep (Ne pleure pas devant ma tombe) est un poème écrit en 1932 par Mary Elizabeth Frye.

    Américaine, née en novembre 1905 à Dayton, dans l’Ohio ; orpheline à l’âge de trois ans ; Mary Elizabeth Frye a déménagé à Baltimore, dans le Maryland, quand elle avait douze ans. Elle y décédera en septembre 2004.

    En 1927, elle a épousé Claud Frye, qui dirigeait une entreprise de vêtements, alors qu’elle était fleuriste.

    Ce poème pour lequel elle est devenue célèbre a été composé à l’origine sur un sac de papier brun. Il aurait été inspiré par l’histoire d’une jeune fille juive, Margaret Schwarzkopf, qui n’avait pu rendre visite à sa mère mourante en Allemagne en raison des troubles antisémites.

    Ce poème, souvent copié et distribué en privé, a longtemps été cité comme « anonyme ». L’identité de l’auteure, inconnue jusqu’à la fin des années 1990, a été révélé par son mari et confirmée en 1998, après des recherches, par Pauline Philips, auteure, chroniqueuse de conseils et animatrice radio, plus connue sous son nom de plume « Abigail Van Buren ».

     

  • Contact défunt : Exécuté par un Soldat SS

    Arme

     

    Bonjour, aujourd'hui, je vais partager avec vous une visite que j'ai eue, il y a quelques jours. Visite qui m'a beaucoup bouleverser par la brutalité de la scène qu'on m'a montré. Ce soir-là, j'étais extrêmement fatigué et un de mes chats "luna" avait du mal à trouver à s'endormir. Je tombe dans le sommeil quand je me retrouve propulsé dans une pièce. Dans un premier temps, j'étais spectatrice de la scène. Devant moi une rangée de personnes, côte à côte. Des adultes et des enfants, exactement 2 jeunes enfants, un de quatre ans et l'autre de six ans à peu près. Devant eux un attroupement de personnes, femme, homme et enfants confondus, des spectateurs, c'est comme ça que je les ressens. Une porte s'ouvre (sur le côté) et là un homme entre, avec un uniforme que je connais, une sorte de képi sur la tête. Je vois qu'il porte une ceinture noire, ça me frappe et je vois également une arme à feu. Je commence à ressentir de la peur. Je ne suis plus spectatrice, mais je vois maintenant à travers les yeux d'une femme qui est en ligne. Cet homme qui fait des allés retours devant nous est un soldat SS , je prends conscience que nous allons être exécutés. Bam, une détonation résonne, je lève, les yeux et je vois que l'enfant de 4 ans a été exécuté d'une balle dans la tête, je suis tétanisé, sous le choc. Bam! Il lui retire une deuxième fois dessus pour être sûr qu'il était bien mort. Dans la file, les gens sont horrifié, pourquoi un enfant. J'entends ,une femme maudire le SS. Malgrés la scène, j'ai peur, j'ai peur d'être la suivante. Je baisse, les yeux, j'essaie de me faire toute petite pour qu'il ne me voie pas. Je vois et revois cette enfant s'effondrer, je pleure en silence et surtout, je comprends qu'il est déjà en train de choisir sa prochaine victime. Il s'arrête devant moi, et me dit ", c'est à ton tour", son sourire est vicieux, il aime ça, il aime donner la mort, il aime faire de la mort un spectacle. Mes émotions et celles du défunt ne font plus qu'un, je ne dissocie plus rien, je souffre, la peur m'arrache les entrailles. Il lève son arme vers moi et là , il se passe quelque chose (je ne sais pas quoi), un mouvement de foule, les gens cries, se mettent à courrir, il ne m'aura pas aujourd'hui. Nous profitons pour nous échapper. Je ne suis pas morte ce jour-là, mais la mort de cette enfant me marquera jusqu'à la fin de ma vie oui, j'ai été sauver, je suis décédé depuis peu, mais j'avais besoin de trouver une "lumière" pour trouver la paix. Je me réveille à ce moment-là, je suis calme bizarrement , je me recouche et je dis à la dame "je vous ai compris , je suis là" . Le jour d'après a été terrible, car j'avais vraiment ses souvenirs, les souvenirs de cette mort terrible. J'ai pleuré pour cette femme, pour cet enfant, pour toutes ces personnes éliminé pour la folie d'un seul homme. Exécuté à 4 ans, je ne sais pas qui était cet enfant, mais je lui souhaite d'avoir trouvé la paix. Elle est repartie quand sa douleur fut soulagée et comprise. Même si elle est pas décédée ce jour la cette dame à vécu l'enfer, elle a trouver la paix au près des siens et même si c'est une scène terrible qu'elle a partager avec moi, je ne peux que la remercier de m'avoir choisit pour lui venir en aide. Elle s'appelait Adèle.

     

    #solenne ( témognage personnel : tout droit réservé)

  • Mon premier contact défunt : témoignage d'Alexandra

    Mort 1

     

    Bonjour les paramis

    Je voudrais partager mon expérience d hier soir avec Solenne et une consultante .

    J ai demander à solenne si elle acceptait que nous fassions un contact défunt toute les 2 ( oui visiblement ils se présentent de plus en plus dans mes cartos, donc sur les conseils de Solenne , je m y mets tout doucement)j ai eux le bonheur qu elle accepte 

    Donc nous nous connectons sur messenger avec notre consultante et de la , après un rituel de protection , nous débutons le contact . Le début est assez laborieux, je dirais les 20 premières minutes , j'ai bien le.contact avec le défunt, mais il tourne en boucle sur les mêmes choses. Trahison , danger, vigilance , accident etc... j'ai l'impression qu'il est un peu dans le brouillard concernant ce qu il lui est arrivé. Il sait qu'il est décédé dans un accident de voiture , mais les circonstances restent un mystère et le resteront je pense . Il en ressort qu'il était fatigué après 3 jours de travail ( ça il sait le dire ) mais il est le seul impliqué dans cette accident .. il sait dire qu'il était impatient de rentrer à la maison rejoindre sa femme . Et ça en boucle ! Puis j'abandonne un peu les circonstances de son accidents et me focalise sur son potentiel besoin de transmettre un message à sa compagne , et la je le sens clairement à coté de moi , des frissons dans tout le corps , une joie intense qui me traverse , et il commence à partager ses souvenirs du temps passé avec elle . Il me parle du merveilleux dernier été qu ils ont passer ensemble, de sa saison préférée, il a été extrêmement heureux avec elle ( ils attendaient des jumeaux aussi ) et il me dit aussi que si il a accepté de dépanner son collègue ses 3 jours ) c'était pour gagner de l argent histoire de les mettre à l abri. Il me fait ressentir aussi que c'est comme si il savait qu'il n'allait pas vivre longtemps sur le plan terrestre ... Solenne à confirmé mon contact car elle avait les mêmes infos que moi . Puis je sens qu il s'éloigne un peu et la un autre défunt vient prendre la place de ce jeune homme . Ce grand-père, a choisi Solenne pour le contact avec notre consultante . Du coup je cède ma place . Pour moi cela a été une expérience assez incroyable et je remercie du fond du cœur Solenne pour son soutien et notre consultante pour sa confiance 

    #Alexandra

  • Une mamie en colère : témoignage contact défunt !

    Co 3

    Bonjour à tous aujourd'hui, je vais vous raconter l'histoire d'une mamie en colère à qui j'ai eu à faire pendant un de mes posts à l'hôpital. Le service où je travaillais à l'époque était rattaché à la consultation externe du service ou les gens venaient consulter ou pour un suivi de plaie. Mon service traitait des pathologies lourdes et chroniques et ce n'était pas jojo tous les jours. En fin de matinée, alors que j'étais en train de faire le tour de mes patients, mon guide se manifeste. Il me fait ressentir l'urgence à aller vers les salles de consultation qui était carrément à l'opposé de l'endroit où je me trouvais. "Il faut que tu y ailles", que j'aille où ? "Il faut que tu y ailles, elle à besoin de toi tout de suite" mais qui don ? J'ai ressenti une oppression dans tout mon corps, mon guide insistait et me poussait vers ce petit couloir. Au bout d'un moment, j'y suis allé. Je me retrouve dans ce petit couloir étroit, d'autres patients s'accumule, ils viennent et repartent. Une odeur me prend les narines, l'odeur de pansement sale, de chair purulente. Je me retrouve devant cette porte de consultation et je sent au fond de moi que je vais découvrir quelque chose que je ne vais pas aimé. Je le sens dans tout mon corps, je me rappel des frissons qui on parcourut la base de mon crâne. Je ne suis pas seul, mon guide m'accompagne. Je toque et j'ouvre la porte. Sur un brancard, une petite mamie me fixe droit dans les yeux, son regard est vide, il ne tient plus cas un file. Elle est recroquevillée sur elle-même. Sa respiration est faible. Ma collègue ce tien derrière elle, elle ne se rend pas compte de ce qui est en train de se passer. Je l'interpelle avec le regard et je lui demande de sortir. Elle me fait un geste de la tête pour me spécifier qu'elle n'était pas seule. Derrière la porte, deux femmes, la fille et la petite fille de la petite vieille sanglotait. Je réalise alors que j'ai devant moi trois générations et que le pilier allait s'éteindre d'une minute à l'autre. Ma collègue me rejoint dans le couloir et je l'informe que cette dame va mourir, la maintenant. Le cadre du service arrive, je lui fais un topo et lui dis la même chose "elle va mourir". Il me regarde et souris car il ce doutais sur ce que j'étais. (mes collègues connaissaient toutes mes capacités). Je me souviendrais toujours de sa réponse "je retourne dans mon bureau, préviens moi si c'est le cas et il repart". Il ce souviendra toute sa vie de la manière ou il su que cette mamie était morte. Je me rappel comme si c'étais hier. Bref, il s'en va, ma collègue me fait fasse. Je tourne la tête sur ma gauche un peu plus loin, je vois le chef de service discuter avec la secrétaire et soudain, la porte de la consultation s'ouvre avec une brutalité inoui comme si on l'avait ouverte avec un coup de pied. Les deux femmes sortent et hurlent à la mort. Je sens leur douleur me traverser les entrailles, ma gorge est noué. Je rattrape la petite fille qui s'écroule dans mes bras et qui ne comprend pas pourquoi "mamie" qui est venue en consultation pour une plaie est morte sur un brancard. Je vous disais que mon cadre s'en souviendrait toujours, les crie était tellement strident qu'ils lui sont parvenu jusqu'à son bureau qui se trouvait au milieu du service. Il les prend en charge et les isole le temps que le médecin constate le décès. C'est alors que tout commence pour moi. Je suis en fasse à fasse avec la défunte grand-mère qui me hurle sa colère et sa peine. Je reste comme tétanisé et je lui demande ce qui s'est passé. "Il savait que j'allais mourir", "je n'aurais jamais dû venir ici". Pourquoi il se sont débarasser de moi comme ça ? . Cette dame était dans un centre de cure et n'avait qu'un désire, mourir dans la paix et la dignité. La conversation continue "j'ai tant souffert, pourquoi j'ai du mourir comme un chien et devant les deux personnes que j'aime le plus?" Dites leur que je ne voulais pas ça" on ne respect plus rien et pouff plus rien . Je vais vers la famille et je comprends que ces trois générations vivaient sous le même toit et qu'elle n'avait plus que ce pilier familiale qui avait rendu son dernier souffle. Ces deux femmes n'étaient absolument pas préparées au départ de "mamie". Un départ brutal qui aurait put ce faire d'une autre façon si il avait eu de l'empathie en amont. Je me suis occupé du corps de la dame avec respect, mon guide était à mes côtés, mais également les défunts de cette dame. Mamie est revenue dans la chambre à ce moment la. Elle était encore à prendre avec des pincettes. Elle me redit "mais pourquoi je suis morte devant elles?" Je ne voulais pas ça. Je l'ai écouté et je lui ai promis d'accompagner sa fille et sa petite fille comme je le fais pour elle. Au même moment on toque à la porte, je vois les deux femmes bcp plus calme entré dans la petite chambre d'hôpital. Je leur propose de prendre place sur les chaises que j'avais préparé et que j'installe toujours à proximité du corps. Elle me raconte toute l'histoire de la petite vieille qui elle, est à l'opposé du lit d'hôpital. Elle écoutait, on pouvait maintenant ressentir une sorte d'apaisement flotté dans la pièce. La défunte mamie me transmettait des messages que je transmettais à mon tour sous d'autres formulations. Par exemple : quand la mamie disait "dites leur que je les aime" je transmettais "je pense qu'elle vous aimait beaucoup" pourquoi ? Tout simplement, car je ne voulais pas qu'on me traite de charlatans même si j'ai eu cette intuition qu'elles avaient deviné qui j'étais réellement. En partant, elles m'ont remercier d'avoir pris soins du corps de la défunte et surtout d'avoir compris leur souffrance. En fermant la porte de la chambre, je me retourne, la dame me souris et plus rien. Ce fut mon premier face-à-face avec un défunt en colère. Aujourd'hui, cette dame a trouvé la paix auprès de siens.

     

    #soso

     

     

  • CONTACT DEFUNT ! Le jeune homme et sa petite soeur

    Enfant 6

    Témoignage  : contatc défunt

     

    Bonjour, je souhaite partager avec vous l'histoire d'un défunt plus précisément d'un adolescent de 12/13 ans. Ce garçon m'a montré son histoire de différentes façons. Je voyais à travers ses yeux, mais par moments, j'ai également été spectatrice de certaines scènes. L'histoire se passe dans la période de la Seconde Guerre mondiale. Je me suis retrouvé en plein milieu d'une fête foraine avec une petite fille (ma sœur) beaucoup plus jeune à mes côtés. Je vois à travers les yeux du garçon et je ressens que nous avons peur tous les deux. Il fait froid, quelqu'un nous poursuit depuis un moment. Nous nous retrouvons dans une ruelle sombre, l'adolescent frappe à une porte de toutes ses forces pour trouver de l'aide. Une femme d'une cinquantaine d'années ouvre la porte, elle comprend tout de suite de ce qu'il se passe et nous demandes de nous cacher dans la pièce à côté. Le jeune garçon me laisse le temps d'observer, la petite maison. Quand il passe la porte, nous nous retrouvons directement dans une cuisine, la porte d'entrer est en bois et je me dis moi (Solenne) cette porte ne sera pas solide. Je me retrouve à nouveau dans la pièce ou la dame à cacher ce jeune garçon et sa petite sœur, je ne vois plus à travers ses yeux, je suis dans la petite pièce sombre, il n'y a pas de meuble, les enfants sont assis sur de la paille, ils ont froid. Tout d'un coup, j'entends taper à la porte d'entrer, la dame essaye de résister. Le jeune garçon me regarde droit dans les yeux comme s'il cherchait une approbation de ma part, je ressens sa peur, celle de sa sœur, mais il est courageux, il doit rester fort et mettre cette petite à l'abri. Il me montre une fenêtre, mais dehors, on les cherche aussi. Je vois un vaste pré, il pleut, il fait toujours froid. Sa tape maintenant à la porte qui les sépare de leurs bourreaux, le jeune garçon soulève sa petite sœur pour qu'elle puisse sortir par la fenêtre, il là suit. Je vois à nouveau à travers les yeux du défunt. Devant nous du barbelé, nous passons en dessous, nous sommes poursuivies, j'ai tellement peur. Ma sœur n'est plus à mes côtés, mais je sais qu'elle est en sécurité dans les montagnes. (partie que le défunt ne m'a pas montré, mais il me fait comprendre qu'elle est cachée et en sécurité.) . Je vois toujours à travers ses yeux, je cours dans un chemin de prairie, je tourne ma tête vers la droite et je vois un enterrement, mon enterrement (celui du jeune garçon) , un coup de feu retenti, je suis mort sous les balles de soldats SS, car j'étais juif, j'étais jeune, mais j'ai sauvé ma petite sœur.

    J'ai voulu vous raconter ce contact, car encore aujourd'hui, il réveille en moi une vive émotion. La médiumnité à inspiration, c'est également ça, vivre et revivre la mort du défunt. Ce jeune garçon n'avait pas de message à livrée à une tierce personne, il avait juste besoin d'être écouté et compris. Besoin d'être rassuré. Cette nuit la ce jeune garçon à été mis en transition afin qu'il puisse trouver la paix. Il voulait me dire à moi que sa sœur était en vie.

     

    #solenne

  • L'écriture intuitive ou le dessin intuitif.! Méthode

    Ecriture 1

    Petit rappel

    Avant de commencer, il est important de savoir ce qu'est l'écriture intuitive. Elle est différente et n'est pas à confondre avec l'écriture automatique, bien que toutes deux soient en rapport direct avec la médiumnité.

    Pour comprendre ce qu'est l'écriture intuitive, il est bon de comprendre ce qu'est l'écriture automatique. L'écriture automatique est une façon de communiquer avec les entités, qui consiste à laisser ladite entité prendre votre main, une partie ou la totalité de votre bras et à la laisser écrire. Vous lui cédez volontairement une partie de votre corps afin de lui permettre de s'exprimer sans interférer. Il y a donc une semi-possession, qui n'a jamais lieu lors de l'écriture intuitive.

    L'écriture intuitive est une pratique spirite également certes, mais qui consiste davantage à être inspiré par les entités, ou à écrire ce qu'elles vous communiquent. Dans le cadre de cette pratique, la semi-possession ne se fait pas, l'entité communique avec vous, mais reste à distance.

    Il s'agit ici plutôt de communiquer par le biais de votre clairaudience, par voie télépathique.

    Médium à votre stylo : ( Si vous n'avez pas de don de médiumnité : attention!!!! Ceci n'est pas un jeu ni une expérience.

    On ne commence jamais une pratique spirite sans d'abord savoir pleinement comment se protéger. Quand vous vous rendez compte que le défunt s'invite pendant vos écrits (écriture intuitive), demander juste à votre guide de vous accompagner. Si vous commencez une écriture automatique en pleine conscience ou autorisé le défunt à vous utiliser, il faut un rituel de protection plus poussé.(cf article site médiumandghost)

    Méthode : chacun s'approprie sa propre façon de faire, je vous transmet juste deux trois astuces.

    Touchez le bord de la feuille et prenez le stylo en main. Fermez les yeux et laissez votre main glisser seule sur la feuille. Imaginez qu'elle se déplace à son propre rythme. Laisser le défunt se connecter à vous.

    Garder les yeux fermés (méthode de concentration) dans un premier temps et laissez vous aller. Il faut faire abstraction de tout ce qu'il se passe autour de vous, vider votre tête et laisser place au défunt.

    Écoutez battre votre cœur : avant chaque dialogue, centrez-vous et ralentissez votre rythme, apaisez votre mental et concentrez vous sur votre respiration.

    Prenez une grande inspiration et expirer profondément. Faites appel à votre guide.

    Si votre main reste fixe, guidez-la un peu au début. Acceptez que sa ne fonctionne pas de suite.

    Sentez votre main faire des cercles, des lettres, des mots, se lever et redescendre à un autre endroit de la feuille.

    Ouvrez les yeux et ressentez les idées, les suggestions, les images qu'on vous envoie. Laissez toutes ses émotions et tout ce que vous ressentez se transcrire sur votre feuille de papier. Que ressentez-vous ?

    Quand vous avez fini, remercier toujours le défunt du temps qu'il a bien voulu nous accorder.

    Si vous avez commencé une séance d'écriture automatique , il faudra la clôturer comme une séance pendule et Demander à votre guide de fermer la séance.

    Voilà quelques souvenirs de mes débuts.

    #solenne (la vidéo est disponible sur le groupe privée)

     

     

     

     

  • Ces gens sont morts et revenus à la vie. Voici ce qu’ils ont à raconter.

    • Par
    • Le 21/07/2020

    Mo

     

    Peu importe qu’ils soient morts dans un accident, d’une crise cardiaque, d’une overdose, ou d’une maladie, ceux qui sont revenus avec des histoires à partager ont fait l’expérience de certaines vérités universelles.

    Les récits de ces gens revenus à la vie m’apportent toujours un sentiment de paix et de confort. Je veux partager cette vidéo avec tout le monde, et en particulier avec ceux qui essaient de faire face à un deuil.

    Rechercher des expériences de mort imminente et écouter des témoignages directs a été incroyablement thérapeutique dans mon processus de guérison et pour m’aider à faire mon deuil.

    Quand vous aurez vu cette vidéo et entendu ce que les gens ont à dire, j’espère que vous verrez ce qui se passe après la mort sous un autre angle.

     

    Vous pouvez afficher les sous-titres en français. Appuyez sur lecture puis allez dans options sous-titres « oui » , puis traduire en français

     

     

    source : https://www.espritsciencemetaphysiques.com/