Contact avec l'âme d'un suicidé

Fantome 10

 

Premier contact défunt avec l'âme d'un suicidé.


À l'époque, je travaillais encore dans le service de chirurgie vasculaire où j'ai exercé pendant 17 ans. La matinée, c'était déroulé convenablement jusque-là quand une petite dame m'interpella. J'avance vers elle pour lui demander ce qui ne va pas. On discute et au fur et à mesure de notre conversation, premier phénomène, elle est superposée par le visage de mon arrière-grand-mère "oma" qui était un de mes premiers guides. Personnellement, j'ai eu un mouvement de recul sur le coup, et même la dame a été surprise comme si elle l'avait ressentie. Vous allez me dire mais pourquoi elle nous parle de son arrière-grand-mère, alors qu'elle voulait partager sa première expérience avec l'âme d'un suicide, j'y viens mes amies, patience. Mon guide familial était venu, je pense pour me prévenir de ce qui allait arriver, pour m'apporter, un soutient, car l'enseignement que j'allais avoir de la part de cette âme allait me chambouler et correctement. La petite dame commençait à me parler de son fils "Patrick" décédé quelques années auparavant de façon brutal et elle m'expliquait qu'elle n'arrivait pas à surmonter cette tragédie. Du moment ou elle verbalisa son nom "Patrick", une douleur lancinante me traversa la tête, j'ai eu la sensation que ma tête avait explosé. Il était là. La petite dame m'expliqua que son fils avait mis fin à ses jours par arme à feu, il s'était mis une balle dans la tête, car il n'arrivait pas à surmonter son divorce. J'entendais hurler, crier dans ma propre tête, je souffrais terriblement. Patrick partageait avec moi ce qu'il vivait, le tourment qu'il subissait chaque jour depuis sa mort, lui qui pensait en finir vivait bien pire. Je terminai la conversation avec sa maman au plus vite, mais ce monsieur n'en avait pas fini avec moi. Les jours qui ont suivi mon état physique et moral se sont dégradé. Mal de tête, angoisse, tristesse, mal-être, colère tous ses maux ne m'appartenait pas et pourtant, je les subissais, car Patrick avait décidé de "se coller" à moi. Ceci, je l'ai découvert lors d'une séance d'écriture intuitive (cf article les âmes des suicidés) où il m'expliqua la souffrance et le tourment qu'il subissait et qu'on lui faisait subir. Le tourment, la culpabilité et toutes ces choses dont il devait assumer les conséquences, mais dont il n'avait pas la force nécessaire pour en sortir. Mon guide de l'époque m'expliqua que le chemin de ses âmes etait beaucoup plus compliqué que celui d'une autre âme dcd naturellement. Aujourd'hui, je sais à travers mon guide "Nicolas" que ses âmes ont plus de difficultés, car le "suicide" ne fait partie de la réincarnation et que la personne met fin à son contrat de vie de lui-même. Je sais également à travers mes contacts défunts que ses âmes peuvent accéder au "haut astral" comme les autres si elles ont la force et la volonté nécessaire de vouloir s'élever. Je travailles beaucoup avec les filles qui ont vécu cette situation pour qu'elles comprennent qu'elles ont également un rôle à jouer dans l'élévation de l'âme du défunt de part leur pardon et la compréhension de l'acte de la personne. Nous médiums, les aidons à comprendre, à réparé et également à les remettre sur une vibration positive. Nous sommes bien sur aider par les guides et les êtres de lumière et parfois même les défunts familiaux de la personne. J'ai longtemps refusé de faire du contact défunt avec ses âmes, car elles prennent beaucoup d'énergie au médium, du a leur faible taux vibratoire. J'ai mal vécu ma première expérience, car j'ai bcp souffert. Patrick est resté 3 semaines à mes côtés jusqu'à cette fameuse écriture intuitive où il a pu s'exprimer. Il est aujourd'hui en paix et au côté de ses défunts familiaux.


#soso

 

 

solenne